Customize

Demande d'aide : pourriez-vous svp répondre à quelques questions ?

Discussion in 'France' started by étudiant, Apr 10, 2011.

  1. étudiant Member

    Bonsoir,
    nous sommes trois étudiants et par affinités, nous avons choisi Anonymous comme sujet pour un travail de sociologie des foules. Nous sommes en troisième année, donc notre petit travail ne sera pas médiatisé outre mesure, mais quoi qu'il en soit, nous nous engageons à :
    - respecter l'anonymat des personnes qui nous répondront ; ça ne devrait pas être trop difficile ;-)
    - ne pas déformer vos propos
    - vous faire parvenir le résultat de notre travail

    Nous avons simplement besoin que le plus de personnes possible répondent sans se prendre la tête à ces quelques questions (si possible sans s'inspirer des réponses des autres) :

    1. Est-ce que vous vous sentez appartenir à Anonymous, et pourquoi ?
    2. Comment avez-vous entendu parler d'Anonymous et comment l'avez-vous rejoint ?
    3. Pourquoi soutenez-vous Anonymous ? Est-ce que l'anonymat est une condition déterminante pour votre engagement ?
    4. Selon vous, qu'est-ce qu'Anonymous ?
    5. A combien estimez-vous (approximativement) le nombre de personnes qui participent à Anonymous ?
    Merci d'avance pour votre participation.
  2. Thierry L Member

    Visiblement si il y a des réponses, elles ne sont pas publiées :)
    Si il y n'y a pas de réponses, il va falloir trouver un autre sujet de travail...(cela ne doit pas manquer ; en ce qui concerne les foules, je ne sais pas, en ce qui concerne les organisations, ce qui n'est pas tout à fait comparables aux foules, cela ne doit vraiment pas manquer :D)
  3. Anonymous Member

    Allez, un début de réponse...
    J'ai connu Anonymous à travers leurs vidéos sur la $cientologie (Chanology). Elles m'ont fait comprendre ce qu'était réellement cette organisation sectaire, jusqu'où elle pouvait aller (très loin) pour phagocyter de la RAW MEAT, qu'on pouvait la combattre en informant. J'ai découvert des gens formidables dans ce mouvement.
    L'anonymat est important quand on discute des scilons.
    4. Anonymous est ce qu'on en fait.
    5. Je n'estime pas leur nombre. C'est très fluctuant et je n'en éprouve pas le besoin.
  4. Une deuxième réponse:

    1. Oui, je pense appartenir à anonymous, ca je participe sur le forum, et aux actions IRL.
    2. Il n'y a a pas si longtemps de ça. J'ai rejoins le mouvement en faisant une recherche sur internet.
    3. Je trouve leurs combats juste. Oui l'anonymat est une condition déterminante.
    4. Un groupe d'anonyme.
    5. Je n'estime pas un groupe anonyme.
  5. KubrickYNWA Member

    1) Anonymous is everyone. Quiconque s'implique dans Anonymous, est un anon. Donc oui, je me sens Anonymous.
    2) Très peu de temps. Grace au forum d'image 4chan.
    3) Se battre contre toutes formes de lois liberticides et de comportements inhumains et/ou dictatoriaux me semble très louable, sans parler de la guerre contre les sectes telle que la $cientologie.
    4) Anonymous is Legion. We do not forgive. We do not forget. Expect us. Anonymous, c'est le peuple. Nous sommes tous des Anonymous.
    5) Bien plus que vous pouvez le penser...
  6. -Anonymous- Member

    J'avais déjà répondu il y a pas mal de temps via un message privé, mais je remet ma réponse ici car je pense qu'il est bon de savoir ce que pense chacun.
    J'ai, en plus, rajouté quelques précisions.

    1. Est-ce que vous vous sentez appartenir à Anonymous, et pourquoi ?

    Oui et non, Anonymous peut être comparé a un mouvement de conscience, on peut être pour ou contre ce mouvement tout dépend de la direction qu'il prend.

    Car je pense que dire que Anonymous est "tout le monde" est un peut trop facile, ou alors il faut entendre par la que tout le monde peut devenir Anonymous si son envie s'y prête mais que tout le monde ne le veut pas forcément.
    Je prend l'exemple du combat contre la Scientologie, un combat qui me semble légitime, dans ce cas je me "sent Anonymous" car je m'y implique.
    Il y a certaine opérations qui me semblent moins utile, dans ce cas je me détache et j'attends un autre évènement qu'il me semblera bon de combattre. Cette liberté de choisir fait la force d'Anonymous.

    2. Comment avez-vous entendu parler d'Anonymous et comment l'avez-vous rejoint ?

    Il n'y a pas de rites a accomplir pour rejoindre Anonymous, il suffit de le vouloir. J'ai vu des vidéo, lu des articles et l'idée me plaisais, alors je me suis proclamer Anon.
    L'imageboard 4chan m'a fait découvrir ce qu'es Anonymous.

    3. Pourquoi soutenez-vous Anonymous ? Est-ce que l'anonymat est une condition déterminante pour votre engagement ?

    L'anonymat peut déplaire, les gens craignent une sorte de déshumanisation de la personne. Il n'en est rien, certain dirons que c'est par sécurité, j'y crois moyennement mais il est vrai que ca peut éviter de possibles problèmes car même si les Anonymous sont pacifiste il est arrivé qu'il y ai plusieurs agressions envers nous. Je pense que le port du masque confère a Anonymous la sensation de puissance et d'unité qu'il cherche a atteindre lors d'une manifestation, en gros l'idée du "nous ne savons pas qui nous somme mais qu'importe, nous somme la pour la même chose"

    Je soutien Anonymous car c'est le résultat d'une prise de conscience unique en son genre, qui allie tout le monde quelque soit son origine ou sa classe sociale.

    4. Selon vous, qu'est-ce qu'Anonymous ?

    On ne peut pas comparer ce "mouvement" à une secte, religion, clan ou simple groupe.
    Pas une secte car Anonymous est gratuit.
    Pas une religion car nous n'avons pas de maitre.
    Pas un clan ou groupe car nous ne connaissons pas les membres qui la compose.
    Anonymous, c'est une idée, les manifestations sont le résultat et la concrétisation d'une idée, d'une cause a défendre jugé légitime.
    En mettant ce masque, nous retirons toutes distinctions sociale, physique et morale en plus de nous protéger éventuellement afin de laisser s'exprimer uniquement l'idée qui nous anime.

    5. A combien estimez-vous (approximativement) le nombre de personnes qui participent à Anonymous ?

    Il est impossible de savoir le nombre d'Anonymous.
    Il est tellement simple de se dire Anonymous, tellement simple d'en sortir, qu'on ne peut estimer le nombre de personne actuellement.

    Ceci est un avis strictement personnel, il y a autant de réponses possible que d'Anon.
    • Like Like x 1
  7. Vigdis Member

    didn't read lol
  8. Vigdis Member

    bon bah je mets ce que j'ai dit alors :)
    1) Tout le monde appartient à anonymous :)
    2) 4chan plus la presse. C'est Vicieux sur SLT qui m'a fait découvrir ce site.
    3) Je soutiens anonymous, parce que ses combats me semblent bien, et que sans eux personne ne lutterait (cf Hadopi, Loppsi etc...). C'est aussi une utopie grandeur nature (anarchie). L'anonymat est une condition déterminante pour mon engagement.
    4) Une organisation dont les limites sont totalement floues, c'est à dire que tout le monde peut être anonymous. Cf question 3).
    5) Over 9000
    Ceci n'engage que moi :)
    • Like Like x 1
  9. Stila Liev Member

    1. Non, parce qu'il n'ya pas Anonymous.
      Mon nom est Casserole d'Épinards.
    2. De Encyclopedia Dramatica, un site très pauvre, mais qui a maintenant été mis à niveau vers un site beaucoup mieux.
      J'ai oublié comment j'ai rejoint. Peut-être une souris? Ou un moineau?
    3. Parce que la ceinture n'est pas assez pour tenir mon pantalon.
      Anonymous mérite plus de soutien que cela!
    4. Il est mon nom, c'est votre nom, c'est le nom de votre mère, c'est le nom de votre chien.
      Et le bonheur et l'amour. Anonyme est de ne jamais avoir à être malheureux à nouveau. Et les araignées.
    5. Trois.
      Moi et toi, et Dieu.
  10. anon_jpr Member

    pour la question 5 , est ce que celui qui s'approche le plus du nombre exact gagne un cadeau?
  11. -Anonymous- Member

    Encore faudrait il que l'organisateur du concours connaisse le nombre exact ^^
  12. 1. Ça dépend. Pour la lutte antifiento, oui, dune certaine manière, mais pour le reste, c'est variable. L'intérêt de l'anonymat réside également dans le fait de ne pas se sentir engagé au point d'être piégé, et de garder davantage de libre arbitre pour choisir soi même son niveau d engagement.

    2. Internet : les liens entre la secte et l'antipsychiatrie.

    3. Je ne suis pas sur de soutenir anonymous. En revanche je soutiens son combat contre la fientologie.

    4. Un collectif à géométrie variable qui combat l'injustice, et qui surfe sur la mode des vengeurs masqués, ce qui fait fantasmer beaucoup de gens, et qui fait peur également. Le pacifisme des interventions devrait être encore davantage mis en avant à mon avis pour éviter certaines dérives répressives.

    5. C'est inevaluable et tant mieux. Plus ce collectif restera insaisissable, mieux ce sera.

    Je reste persuadé qu'il existe des chefs parmi nous, probablement les plus discrets, et heureusement protégés par l'anonymat et par les forums de façade comme celui-ci. Cet anonymat controversé empêche au moins les ennemis combattus de couper la tête du collectif.

    Sinon les questions ne sont peut-être pas posées de façon optimale, et de plusnse recoupent. C'est dommage.
  13. étudiant Member

    Merci à tou's celleux qui ont répondu ! MOAR ! Il nous reste encore quelques semaines...

    @ ...
    J'ai connu Anonymous à travers leurs vidéos sur la $cientologie (Chanology). Elles m'ont fait comprendre ce qu'était réellement cette organisation sectaire, jusqu'où elle pouvait aller (très loin) pour phagocyter de la RAW MEAT, qu'on pouvait la combattre en informant.
    Qu'est-ce que la raw meat ? à part de la viande crue...

    @ Stila Liev
    J'ai oublié comment j'ai rejoint. Peut-être une souris? Ou un moineau?
    Parce que la ceinture n'est pas assez pour tenir mon pantalon. Anonymous mérite plus de soutien que cela!
    Très poétique... à moins qu'une allusion nous ait échappé ?

    @ anon_jpr
    pour la question 5 , est ce que celui qui s'approche le plus du nombre exact gagne un cadeau?
    Eh bien, nous n'avions pas réfléchi à la question... Je peux mettre en lot trente mètres d'un joli ruisseau à truites, poissoneux comme tout. Il est dans une armoire chez moi et je ne m'en sers pratiquement jamais.

    @ Docteur MaBoule
    Je reste persuadé qu'il existe des chefs parmi nous, probablement les plus discrets, et heureusement protégés par l'anonymat et par les forums de façade comme celui-ci.
    Ce forum est une façade ? Dans quel sens ? Un premier sas, pour faire le tri avant de donner aux gens motivés les dates d'événements IRL et autres ?

    Sinon les questions ne sont peut-être pas posées de façon optimale, et de plusnse recoupent. C'est dommage.
    C'est vrai, elles se recoupent un peu. Nous nous le sommes permis parce que ça ne rendait pas le questionnaire trop long, car chacune nous semble importante. Si tu as envie de reformuler certaines questions ou d'aborder d'autres points, n'hésites pas !
  14. Ann O'Nymous Member


    C'est du jargon scientologue: la chair fraîche, c'est le péquin dans la rue qu'il s'agit d'harponner pour lui apporter "la bonne parole".

    La doctrine d'Anonymous est qu'il n'y a pas de chef. Il y a des gens qui font tourner les sites et d'autres qui "pilotent" des opérations. Cela n'en fait pas des chefs pour autant, car ils ne peuvent donner des ordres.

    Ce forum n'est pas une façade. Il poursuit des buts, et avec des moyens, qui lui sont propres. Sauf exception, tous les événements IRL sont annoncés. D'autres sites fonctionnent différemment.

    Ceci étant dit, cet anonyme a le droit de penser ce qu'il veut.

    Le recoupement des questions est usuel. D'une part, cela correspond à la réalité qui se laisse difficilement découper en tranches parfaitement indépendantes. D'autre part, cela permet de vérifier la cohérence des réponses.
  15. Thierry L Member


    Visiblement il y a des réponses et elles sont publiées :)
    Si il y n'y a pas assez de réponses (pas suffisamment en tous cas pour être représentatives de celles que l'on pourrait obtenir d'une foule) il va falloir trouver une autre définition de "foule" ...

    Perso, je peux répondre à la question 1/
    1 : Non, pas de sentiment d'appartenance (comment développer un sentiment d'appartenance à un collectif polymorphe et pas identifiable. Qui plus est, peut très bien n'avoir aucune existence ; qui fait quoi derrière son clavier, combien ? Cela peut très bien être un canular monté par trois ou quatre rigolos avec des capacités syntaxiques suffisamment développées, après il ne reste plus qu'à animer quelques avatars... c'est un peu le syndrome "Shutter Island", c'est vrai.:D
    Plutôt un sentiment "d'adhésion" (adhérance semble un peu plus "collant" :D) sur certains engagements.
    Par exemple ; pourquoi la "Scientologie" ? Parce que, que je sache, il n'est pas nécessaire d'avoir été victime d'un chauffard pour soutenir les actions des associations de lutte contre la violence routière et de faire la promotion des conseils de la prévention routière ou d'être la maman ou le papa d'un baleineau pour souteni le WWF, etc...
  16. anon_jpr Member

    Moi je pense que Celine Dion est l'antechrist incarné , qui provoque des milliers d'AVC à travers le monde.
    #OpCéline bientôt dans les bacs

    et je rajouterai qu'un anonymous à le droit d'etre con
  17. Oui evidemment ce ne sont que mes points de vue, ou mes fantasmes au choix.
    Cela dit, à un moment ou l'autre, l'argument d'autorité finit forcément par l'emporter (c'était même le cas au sein des communautés hippies)
    Merci d'avoir rétabli la vérité.
  18. Stila Liev Member

    Ce est seulement une bonne chose. J'aime l'autorité.
    Ce qui est vrai pour moi est vrai.

    Alors puis-je me désigner comme Chef??
    Je pense que je ferais mieux que le LE.

    MaBoule: J'espère que vous apprécierez le nouveau régime. :D

    Ce qui est vrai pour moi est vrai.
  19. Vous semblez perdue madame...
  20. d13u Member

    * Oui toute Homme libre et conscient de la chance qu'il a de l'être devrait ce sentir anonymous.
    * J'ai entendu parler d'anonymous un peut partout rejoins grâce à google.
    * Je soutiens anonymous car il est du devoir de chacun de défendre la liberté que ce soit la sienne ou celle des autres l'anonymat à en effet joué, pour vivre heureux vivons caché.
    * Anonymous pour moi c'est la puissance de l'individu puissance le nombre d'individus.
    * Je dirais 42 ;)
  21. Thierry L Member

    :D
    Lost in translation ?
  22. NoProd Member

    je sais pas si c'est trop tard donc je reponds quand même:
    1. Est-ce que vous vous sentez appartenir à Anonymous, et pourquoi ?
    Oui, j'en suis un car les valeurs d'anonymous sont miennes.
    2. Comment avez-vous entendu parler d'Anonymous et comment l'avez-vous rejoint ?
    Sur des forums altermondialistes et la jonction c'est faite ici et sur AF.
    3. Pourquoi soutenez-vous Anonymous ? Est-ce que l'anonymat est une condition déterminante pour votre engagement ?
    Je soutiens Anonymous car la defense des libertés est primordiale pour moi et oui l'anonymat est déterminant.
    4. Selon vous, qu'est-ce qu'Anonymous ?
    Anonymous est un collectif de gens libres qui se battent pour la liberté d'expression ou liberté tout court,
    qui aident les peuples dans leurs révoltes.
    5. A combien estimez-vous (approximativement) le nombre de personnes qui participent à Anonymous ?
    je dirais 10000 à tout hazard.
    @+
  23. R2D2OUPS34 Member

    1: C'est du 50/50..... Car nous ne sommes pas tous d'accord sur tout.
    2: Par hasard.... sur le net.
    3: Pour lutter contre la sciento... Oui et non.
    4: Au fil des jours je me demande si finalement, il ne sont pas victime de leur popularité... Vu qu'il n'y a pas de chef ( soit disant) tout le monde peut faire tout et n'importe quoi...
    5: Je ne peu pas donner une estimation, même approximative.

    De rien ....
  24. spangaro Member

    stila liev... tu m'a l'air... originale :D ou perdu, je sais pas trop ^^
  25. Stila Liev Member

    J'ai trouvé un biscuit.
    Souhaitez-vous un morceau?

    Désolé, je ne comprends pas.
  26. spangaro Member

    volontiers merci :)
  27. Thierry L Member

    C'est un film qui date de 2004..."ça" peu faire biscuit, en dépannage.
  28. spangaro Member

    jai pas compris ton explication non plus dsl :D
  29. étudiant Member

    Voilà, notre dossier est fini, rendu, soutenu... Nous avons eu 16 et c'est en partie grâce à vous ! Merci encore de votre participation. Comme promis, voici le fameux dossier. Gardez à l'esprit que la sociologie est différente du militantisme, et qu'elle dit beaucoup de choses déplaisantes... mais utiles.

    Anonymous, une foule virtuelle

    Enquête exploratoire
    Sociologie des foules

    Nous avons choisi d'étudier un phénomène de foule spécifique : la foule virtuelle qu'est Anonymous. Dans un premier temps, le caractère anonyme des acteurs nous a interpellé. Ensuite nous avons trouvé qu'Anonymous constituait un bel objet d'étude dans le sens où il représente un nouveau moyen d'action militante à grande échelle et par rapport à un média d'existence récente : internet.
    Nous sommes partis avec une définition du sens commun, trouvée sur Wikipédia, l'encyclopédie libre : « Anonymous (« Anonyme » en anglais) est une étiquette et un mème internet utilisé dans la culture internet. En tant que mème1, Anonymous désigne les actions coordonnées de plusieurs communautés formées d'internautes agissant de manière anonyme, dans un but particulier. L'étiquette est considérée comme un mot fourre-tout désignant des membres de certaines sous-cultures d'Internet. » Partant de ces prénotions dont la validité empirique et théorique reste encore à démontrer, nous allons nous efforcer d'aborder ce phénomène dans une perspective plus scientifique, sociologique. Il nous est apparu important de circonscrire notre terrain, qui est d'ailleurs celui qui a amorcé sa notoriété : l'action collective et militante contre l'Église de Scientologie. Il nous faut préciser l'élément déclencheur de cette réaction sociale : une censure opérée par cette Église.

    Notre analyse se basera sur un corpus d'articles de presse et de documentaires audiovisuels. Nous les utiliserons comme l'expression de discours d'individus extérieurs à la population étudiée, mais également, grâce au contenu de certains communiqués d'Anonymous, comme la parole de cette communauté virtuelle. La caractéristique principale comme l'implique l'appellation « Anonymous », l'anonymat des acteurs, semble être primordiale pour son fonctionnement. Une première piste possible de réflexion : le caractère anonyme de ces acteurs implique des formes d'interactions spécifiques (pas de face-à-face) et l'action collective (rendue de plus en plus visible par les médias) suppose l'identification à une cause commune. En fonction de ce caractère anonyme, quelles sont les conditions nécessaires à la production d'une identité commune indispensable à une action collective à grande échelle ? Nous avons construit une hypothèse de recherche pour tenter de répondre à cette question. Elle implique trois caractéristiques : un lieu commun (le forum virtuel), l'adhésion à des valeurs semblables et la proposition d'une action contre un ennemi commun. Nous nous sommes donc dirigés sur une lecture de Boltanski sur la dénonciation publique.

    Dans notre analyse, nous définirons la foule comme un mouvement collectif : « une réunion d’individus quelconques, quels que soient leur nationalité, leur profession ou leur sexe, quels que soient aussi les hasards qui les rassemblent ».2 Selon Blumer, la notion d’action collective renvoie à un « agir-ensemble intentionnel » exprimé dans une logique de revendication ou de défense d’une cause. Nous voyons ici à l'œuvre l'action collective concertée d'Anonymous en faveur d'une cause commune : la défense du libre accès à l'information sur internet. Cette revendication est caractérisée par leur attaque ciblée sur l'Église de Scientologie (ayant censuré une vidéo de Tom Cruise3)Cependant cette cause commune semble aussi s'inscrire dans l'affrontement contre l'Église de Scientologie considérée par les membres d'Anonymous comme un organisme dangereux.
  30. étudiant Member

    L'article du journal Les Inrockuptibles du 11 février 2008 évoque l'action fondatrice d'Anonymous : « Concrètement le « Projet Chanology » consiste en la mise en ligne de documents secrets issus de l'Église et leur propagation par les sites communautaires, la diffusion de vidéos explicatives et surtout la mise en place de séries d’attaques contre les sites de l'Église. »
    Nous avons choisi d'analyser le message adressé à l'Église de scientologie par Anonymous le 21 janvier 2008 à l'aide de certains concepts que Boltanski développe dans la dénonciation publique. Selon le système actanciel élaboré par le sociologue, nous pouvons dégager les différents acteurs et leurs relations dans le processus de dénonciation. Nous retrouvons « celui qui dénonce » : Anonymous, « celui en faveur de qui la dénonciation est accomplie » : à la fois les victimes directes de la scientologie (Lisa Mc Pherson1) et le principe de liberté d'expression dans le sens de libre circulation de l'information ; « celui au détriment de qui elle s'exerce » : l'Église de scientologie (institution) ; « celui auprès de qui elle est opérée » : l'opinion publique à travers l'outil internet, utilisé de la même façon que le journal Le Monde dans l'analyse de Boltanski dans le passage suivant : « dans le cas des lettres analysées ici, qui sont envoyées à un grand journal d'information jouant tacitement le rôle d'une instance civique de jugement, et qui sont, pour la plupart, destinées par leur auteurs à la publication, l'être auprès de qui la dénonciation est portée […] occupe une position élevée sur l'axe du singulier et du général, puisqu'il s'agit de l'opinion publique. » Dans le cas étudié, Internet joue bien le rôle d'une instance civique de jugement, du point de vue de l'auteur du message qui considère Internet comme un moyen de diffusion à grande échelle de l'information.
    En ce qui concerne les relations entre les actants, elles sont toutes de type impersonnel et le dénonciateur dit « nous » ce qui caractérise le mode de dénonciation « C » identifié par Boltanski., c'est-à-dire appartenant au champ politique. L'évocation de la date d'anniversaire de Lisa Mc Pherson, victime de la scientologie, place la dénonciation d'Anonymous au sein d'un mouvement plus large et plus ancien de dénonciation de la scientologie. Le dénonciateur « invoque le soutien de ressources collectives et politiques […] et il en fournit des preuves matérielles en l'espèce de pétitions, de photocopies de tracts ou de coupures de presse » Boltanski a accordé un poids important à tous les indicateurs de mobilisation collective pour situer le dénonciateur sur un axe singulier/collectif. Anonymous joint à son discours de dénonciation une « preuve » d'un nouveau genre du soutien collectif dont il bénéficie, en l'occurrence la possibilité d'affecter le fonctionnement de serveurs internet par le logiciel LOIC2 qui nécessite l'action concertée d'un grand nombre d'internautes.
    Le caractère « normal » de la dénonciation tient aussi à une homologie de poids entre les différents actants. La position du dénonciateur sur l'axe singulier/collectif, relativement à celle du persécuteur, est déterminante pour évaluer le degré de normalité de la dénonciation. Cette nécessité de se montrer comme faisant un poids équivalent à la Scientologie se retrouve notamment dans le discours d'Anonymous : « Anonymous est Légion car nous sommes Innombrables, dans chaque villes, de chaque pays. » Boltanski explique la nécessité d'emploi de « manœuvres pour se grandir » de la part du dénonciateur : « Pour réaliser la connexion avec des collectifs et ajuster la dimension des actants, l'auteur de la lettre doit grandir le dénonciateur, la victime et le persécuteur. » En effet, dans son communiqué, on retrouve ce rapport proportionnel de taille entre ces trois acteurs : « Nous vous reconnaissons comme un adversaire de taille, ainsi nous nous préparons pour une longue, très longue campagne. Vous ne pourrez lutter éternellement contre la conscience populaire. » L'emploi du « nous » dans ce message d'Anonymous fait référence à un corps collectif dans une optique de désingularisation. De plus, on constate l'utilisation de la part d'Anonymous d'un lexique apparenté à la « guerre de religion »par exemple avec des mots tels que « campagne », « Légion », « salut », ce qui peut être interprété comme la volonté de se positionner sur un champ similaire à la scientologie (le religieux) dans une optique de légitimation de sa propre dénonciation.
    Nous avons démontré qu'Anonymous est un mouvement revendicatif en utilisant le cadre conceptuel de Boltanski sur la dénonciation publique. Cette foule virtuelle anonyme est cependant difficilement analysable sociologiquement en terme de découpage selon des déterminants sociaux, et c'est là où un changement de paradigme est requis. Ne pouvant pas avoir accès, du fait du principe de l'anonymat, aux déterminants sociaux de la foule étudiée. L'adhésion à une cause commune nous permet de supposer l'existence de valeurs communes. Nous avons tenté de vérifier cette hypothèse dans une démarche empirique en tentant une approche du terrain et de certains membres d'Anonymous : nous nous sommes rendus sur un forum de discussion où nous avons déposé un court questionnaire3 dans l'espoir d'obtenir des informations sur la conception qu'ont les membres de ce mouvement Anonymous et d'eux-mêmes. Nous nous plaçons ainsi dans une démarche interactionniste en cherchant à saisir dans leur discours des pistes pour répondre à notre problème.

    En premier lieu, nous avons constaté dans les propos de nos enquêtés qu'ils font presque tous référence au combat d'Anonymous contre l'Église de Scientologie, que ce soit pour expliquer leur engagement ou pour définir ce qu'est Anonymous pour eux. Ce n'est pas surprenant étant donné que cette lutte, comme nous l'avons dit précédemment, est la première action entreprise par ce collectif. Elle apparaît comme la référence commune à nos enquêtés en matière de définition de l'identité de ces « anons » : [Anonymous 1]4 « Le combat contre la scientologie me semble légitime, dans ce cas je me ''sent Anonymous'' car je m'y implique. » Également en matière de justification de leur engagement personnel au sein de ce collectif : [KubrickYNWA] « Se battre contre toutes les formes de lois liberticides et de comportements inhumains et/ou dictatoriaux me semble très louable, sans parler de la guerre contre les sectes telle que la $cientologie. » Ce combat contre la Scientologie semble revêtir l'aspect d'un mythe fondateur, témoignant d'un passé commun, et permettant par là-même la nécessaire réfection morale à opérer pour toute société, ici organisation (cf. Durkheim). Dans la rhétorique des enquêtés, on remarque l'expression d'une certaine « idéologie » que l'on pourrait qualifier d'humaniste : [Vigdis] nous parlant « d'utopie grandeur nature » , [Docteur Maboule] d' « Un collectif à géométrie variable qui combat l'injustice » ou[d13u] écrivant « Je soutiens anonymous car il est du devoir de chacun de défendre la liberté que ce soit la sienne ou celle des autres[...] » Il y a là une prégnance de la dimension morale. Les enquêtés émettent des considérations relevant d'un certain découpage du bien et du mal, au sens où l'exprime la doctrine d'Anonymous, et supposent par là même l'existence de valeurs universelles (donc d'une morale universelle). Anonymous est alors perçu comme un symbole de « justice sociale » : [Vigdis] « je soutiens anonymous, parce que ces combats me semblent bien, et que sans eux personne ne lutterait […]. »
  31. étudiant Member

    Nous avons également questionné nos enquêtés sur le rôle, la place, le sens, qu'ils accordaient à ce principe d'anonymat. Le fait d'être « anonyme » semble présenter plusieurs avantages. Nous avons dégagé trois aspects essentiels au sein de leur discours. D'abord la notion de sécurité : [Anonymous 1] « En mettant ce masque, nous retirons toutes distinctions sociale, physique et morale, en plus de nous protéger éventuellement. » ; [Docteur Maboule] « Cet anonymat controversé empêche au moins les ennemis combattus de couper la tête du collectif. » ; [d13u] « L'anonymat a en effet joué [un rôle dans mon engagement], pour vivre heureux vivons caché. » En effet, même si leur combat est pacifique, comme le dit [Anonymous 1] : « il est arrivé qu'il y ait plusieurs agressions envers nous. » Le pouvoir de la Scientologie ainsi que les méthodes qu'elle emploie contre ceux qu'elle considère comme ses ennemis, explique en partie l'injonction d'être anonyme pour des raisons de sécurité : [Anonymous 2] « l'anonymat est important quand on discute des scilons1. » Deuxièmement, l'anonymat, dans son principe même, permet de faire abstraction des caractéristiques singulières, notamment des propriétés sociales de l'individu. Ceci permet, comme l'illustre [Anonymous 1] : « [...]de laisser s'exprimer uniquement l'idée qui nous anime. » Durant notre analyse, nous avons pu faire la jonction entre ce qu'on pourrait appeler la « doctrine » d'Anonymous et cette condition d'être anonyme. [Anonymous 1] : [Anonymous n'est] « Pas un clan ou groupe car nous ne connaissons pas les membres qui la compose. » Le fait de ne pas pouvoir identifier les autres membres, empêcherait ainsi toute affiliation à un statut qui pourrait conduire à la prise d'une position de pouvoir de la part de certains membres. [Ann O'Nymous] : « La doctrine d'Anonymous est qu'il n'y a pas de chef. Il y a des gens qui font tourner les sites et d'autres qui ''pilotent'' des opérations. Cela n'en fait pas des chefs pour autant, car ils ne peuvent donner des ordres. » ; [Vigdis] « C'est aussi une utopie grandeur nature (anarchie) ». Cette modalité d'organisation n'est pas sans rappeler la pensée de Proudhon, qui rejette toute centralisation décisionnelle et s'oppose aussi à toute forme de dogmatisme collectif. D'ailleurs, [Anonymous 1] écrit : « Pas une religion car nous n'avons pas de maitre ». Ce propos fait écho à la définition de l'anarchie selon Proudhon : « Anarchie, absence de maître, de souverain […] Personne n'est roi ; nous sommes bon gré malgré nous, associés. » C'est au moyen de forums virtuels de discussion que l'argumentation et le dialogue peuvent se produire, dans un lieu commun aux membres, et ainsi permettre de déterminer l'orientation des prochaines actions. Nous ajoutons que nous serons amenés par la suite à nuancer nos propos en ce qui concerne l'anonymat effectif des membres... Nous pouvons déjà faire la remarque que dans notre population d'enquêtés, pour la majorité, l'usage de pseudonymes distincts biaise déjà quelque peu ce principe revendiqué d'être anonyme. L'anonymat est aussi valorisé plus particulièrement par nos enquêtés en tant qu'il permet une importante liberté de choix dans l'entrée et/ou la sortie du collectif, et dans la sélection des actions proposées, permettant ainsi aux membres de vivre leur engagement librement et de manière individuelle. [Anonymous 1] « Il y a certaine opérations qui me semble moins utile, dans ce cas je me détache et j'attends un autre événement qu'il me semblera bon de combattre. Cette liberté de choisir fait la force d'Anonymous. […] Il est tellement simple de se dire Anonymous, tellement simple d'en sortir [...] » [Docteur Maboule] « L'intérêt de l'anonymat réside également dans le fait de ne pas se sentir engagé au point d'être piégé, et de garder davantage de libre-arbitre pour choisir soi-même son niveau d'engagement. »
    Nous avons jusque là dégagé une certaine homogénéité dans le discours des enquêtés au niveau des valeurs et des représentations qu'ils ont d'Anonymous. Attelons-nous maintenant à relever les points de divergence qui transparaissent explicitement en ce qui concerne le sentiment d'appartenance, lorsque nous avons analysé les réponses à la question : « Est-ce que vous vous sentez appartenir à Anonymous et pourquoi ? » On peut observer deux tendances. L'une met l'accent davantage sur l'adhésion aux valeurs, qui à elles seules, suffiraient à définir l'identité « d'anon » : [Anonymous 1] « Il n'y a pas de rites a accomplir pour rejoindre Anonymous, il suffit de le vouloir. J'ai vu des vidéo, lu des articles et l'idée me plaisais, alors je me suis proclamer Anon.» L'autre tendance associerait au sentiment d'appartenance, non seulement l'adhésion aux valeurs, mais aussi la participation effective aux différentes activités/actions : [VendettaForAnonymous] : « oui, je pense appartenir à anonymous, car je participe sur le forum et aux actions IRL2 ». Il nous paraît intéressant de citer la parole d'un de nos enquêtés, car elle exprime bien cette idée de complémentarité plutôt que d'opposition entre ces deux conditions : [KubrickYNWA] : « Anonymous is every one. Quiconque s'implique dans Anonymous, est un anon. Donc oui, je me sens Anonymous. Anonymous is Legion. We do not forgive. We do not forget. Expect us. Anonymous, c'est le peuple. Nous sommes tous des Anonymous. » Le fait de reprendre dans sa réponse le slogan (qui nous semble être aussi l'expression minimale du credo d'Anonymous) issu du premier communiqué officiel d'Anonymous à l'intention de l'Église de Scientologie, de plus dans sa version originale ( en anglais), dénote un fort sentiment d'adhésion.

    D'après les réponses obtenues sur ce forum et l'analyse que nous venons d'en faire, nous pouvons relever certaines valeurs communes malgré l'apparente diversité d'opinions transparaissant dans ces discours. Le corpus de presse que nous avons constitué nous a aiguillé sur une piste qui nous paraît intéressante à exploiter : les hackers. Par exemple, le journal Les Inrockuptibles titrait le 19 février 2011 : « Hackers : mais qui sont les anonymous ? ». Nous avons donc entrepris de rassembler un certain nombre d'informations sur cette population afin d'établir si sociologiquement il pouvait y avoir un lien pertinent à faire entre elle et Anonymous. Nous allons nous appuyer principalement sur un documentaire de France Télévisions intitulé : « Pir@tage » et sur un texte de 1986 considéré comme un manifeste par la communauté des hackers, « La conscience d'un hacker »3. Ces matériaux divers nous ont amené à découvrir l'existence d'une éthique du hacker.
  32. Ann O'Nymous Member

    En attendant la suite...
  33. étudiant Member

    Nous reprenons la définition du hacker donnée par Daniel Domscheit-Berg, l'ex-porte-parole de Wikileaks qui a fondé Openleaks : « Quelqu'un qui est curieux, qui regarde un système et qui va l'utiliser de façon différente de ce qui est prévu » Cette manière « d'utiliser de façon différente » renvoie à un élément essentiel dans l'identité du hacker, la créativité : « ce qui est sûr, c'est que le hacking n'a rien à voir avec le fait de lire des modes d'emploi et de les suivre. C'est plutôt essayer de comprendre les principes et d'en faire quelque chose de beaucoup mieux. »[Andy Müller-Maguhn : le porte parle du CCC (Chaos Computer Club) de Berlin]. Captain Crunch, une célébrité du hacking, donne une autre définition de « hacker » : « Vous prenez un ensemble et vous le taillez en pièces, comme une machette, vous le hachez ''hack hack hack'' après vous reprenez les pièces, et vous les remontez de façon différente. »
    Selon le journaliste et écrivain Steven Levy, auteur du livreHackers: Heroes of the Computer Revolution1, les premiers hackers seraient originaires de l'Institut de technologie du Massachussetts (MIT) à la fin des années cinquante. Ils seraient à l'origine de l'élaboration d'une éthique reposant sur deux principes fondamentaux. D'une part, la liberté de circulation des données (programmes, musique ou informations politiques...) : « Les hackers du M.I.T pensaient que l'information devait être partagée, que l'accès à l'information ne devait pas être limité. » D'autre part, une égalité entre les hackers, avec comme seul principe de distinction leur « talent » dans leur domaine, c'est-à-dire la compétence du hacker mais aussi sa créativité : « Leur principale préoccupation c'était le talent du hacker. Peu leur importait votre religion, votre couleur, votre sexe, bon...même si c'était que des mecs. L'important c'était le talent. »
    Cette éthique amène les hackers à cultiver des valeurs différentes en lien avec leurs pratiques. Le fait de détourner des programmes de leur usage initial correspond à une vision positive de la subversion. En outre, ce détournement nécessite de copier et de modifier des programmes, donc de bénéficier d'une liberté de circulation des données, revendication qui est elle-même subversive. L'un des hackers interrogés dans le documentaire « Pir@tage », Benjamin Mako Hill s'exprime ainsi : « la nature même d'une donnée sur ordinateur est d'être copiée ». La non-discrimination revendiquée par cette population repose sur la pratique concrète du travail en réseau et fait de l'anonymat un élément de justice sociale. De plus, l'absence de hiérarchie formelle constitue un élément important dans des projets collaboratifs comme Linux. Également, John Draper alias « Captain Crunch » souligne l'une des motivations partagées par tous les hackers, le sentiment de puissance et de contrôle : « J'avais un sentiment de puissance bien sûr... Le sentiment de toute-puissance, vous voyez ? C'est l'une des raisons pour lesquelles je me suis vraiment passionné pour ça. Le fait d'avoir le contrôle de tout le réseau, le contrôle absolu, j'ai trouvé ça très cool. » Steven Levy exprime la même idée lorsqu'il dit : «[...] il y a quelque chose d'héroïque là ou d'antihéros, le petit bonhomme qui tire son pouvoir d'un petit ordinateur. » Dans cette réflexion ressort clairement un sentiment de satisfaction, de plaisir, de valorisation personnelle à travers cette possibilité de contrôle presque sans limite. Cette volonté de surpasser les outils ou systèmes existants entraîne une nécessaire évolution de ces technologies. Ces actions permettant ces évolutions sont aussi un moyen pour les hackers de valoriser leur activités : « Nous avons subtilisé 130 000 Deutsch Mark à une banque allemande, nous les avons restitués publiquement en disant : revoyez votre technologie » C'est également le point de vue des personnes qui les étudient, comme le dit le journaliste Douglas Alves « Les gens qui arrivaient à faire quelque chose avant les autres, ou à faire quelque chose que personne n'arrivait à faire, c'était clairement des héros ».
    En défendant le principe de libre-accès aux informations, les hackers développent un discours qui s'oppose à la culture marchande dominante. D'après Andy Müller-Maguhn : « Si vous copiez des musiques sur Internet, vous volez. C'est faux à plusieurs titres. D'un point de vue technique, vous ne volez pas puisque les données que vous avez copiées n'ont pas bougé, elles n'ont pas disparu, elles sont toujours là. Secundo, d'un point de vue culturel, les œuvres mises en ligne circulent, ce qui contribue au rayonnement de leurs artistes. » Ce hacker exprime qu'il est considéré comme un « voleur », voire comme quelqu'un commettant un acte criminel. C'est ce qu'explique Benjamin Mako Hill : « ils ont créé une nouvelle loi visant à criminaliser la copie pour empêcher les ordinateurs de copier. » On voit là clairement l'expression d'une réaction sociale qui place ainsi les hackers parmi la population déviante. On pourrait parler de « croisade morale » au sens où l'entend Howard S. Becker : « La conséquence d'une croisade réussie c'est la création d'un nouvel ensemble de lois. Avec la création d'une nouvelle législation, on voit souvent s'établir un nouveau dispositif d'institutions et d'agents chargés de faire appliquer celles-ci. » Effectivement, on observeavec la loi HADOPI2 que le piratage est de plus en plus réprimé. Comme nous l'avons constaté précédemment, le hacker rentre dans une démarche de justification (légitimation) de son activité déviante. Selon Becker : « La conscience de partager un même destin et de rencontrer les mêmes problèmes engendre une sous-culture déviante, c'est-à-dire un ensemble d'idées et de points de vue sur le monde social et sur la manière de s'y adapter ainsi qu'un ensemble d'activités routinières fondées sur ce point de vue. L'appartenance à un tel groupe cristallise une identité déviante. » Ainsi, nous pouvons qualifier la culture des hackers de sous-culture.
  34. étudiant Member

    En confrontant le discours d'Anonymous et celui des hackers, nous pouvons établir un lien entre ces deux populations, et ce à différents niveaux. En effet, on retrouve des valeurs communes : la défense du libre-accès à l'information et l'égalité entre les participants au sens entendu où le statut, l'origine sociale sont inconnus. Dans le cas de la sous-culture des hackers, la seule distinction opérante se fait sur le critère du talent, et en ce qui concerne Anonymous, c'est l'anonymat qui permet aussi cette égalité par l'absence de déterminants sociaux quels qu'ils soient. Autre point de convergence : l'absence de hiérarchie formelle dans Anonymous, qui n'est pas sans rapport avec l'esprit des hackers, résumé par ailleurs dans le reportage « Pir@tage » : « C'était une société libre et une société qui haïssait la bureaucratie. » L'exemple du hacker Benjamin Mako Hill illustre bien ce lien avec cette volonté d'organisation sans « maître » : ce hacker nous est présenté par la voix off du documentaire comme inspiré par Proudhon. Enfin, à l'issue de cette comparaison apparaît également l'allusion à un sentiment de puissance. Pour les hackers, ce serait l'action individuelle qui leur confèrerait cette sensation (cf.Captain Crunch). Pour les Anons, ce serait leur inscription dans le collectif « Anonymous » : [Anonymous 1] « Je pense que le port du masque confère à Anonymous la sensation de puissance et d'unité qu'il cherche à atteindre lors d'une manifestation, en gros l'idée du ''nous ne sommes pas qui nous sommes mais qu'importe, nous sommes là pour la même chose''. » Si chez les hackers, le sentiment de puissance est rattaché au caractère individuel, deux remarques de nos enquêtés nous suggèrent que l'individualité au sein du collectif Anonymous reste mise en valeur et revendiquée par les Anons : [Anonymous 1] : « Voila, j'espère que vous avez beaucoup eu de réponses car a vrai dire il existe autant de réponses différentes que d'Anon :)» ; [d13u] : « Anonymous pour moi c'est la puissance de l'individu puissance le nombre d'individus. »

    En conclusion, nous souhaitons d'abord creuser davantage une piste que nous avons dégagée précédemment en ce qui concerne l'anonymat. Nous nous sommes en effet questionnés sur l'éventuel décalage possible entre le principe d'être anonyme et son application réelle au sein du collectif observé, tout en sachant que ce ne serait qu'une hypothèse du fait du manque de données sur cette enquête exploratoire. Cette foule est-elle aussi anonyme qu'elle le revendique ? Notre contact avec ce terrain, un forum internet, nous a permis de relever l'emploi de pseudonymes différenciés utilisés par nos informateurs membres d'Anonymous, tels que « DocteurMaboule », « d13u » et « KubrickNYWA ». Seuls deux de nos enquêtés s'expriment réellement en affichant comme pseudonyme l'original : « Anonymous ». Nous avons d'ailleurs découvert à ce sujet qu'au départ « Anonymous » désigne toute personne qui ne signe pas ses messages sur l'imageboard 4chan1. On peut supposer que le principe d'anonymat revendiqué par le groupe n'est pas toujours appliqué. Utiliser un pseudonyme sur internet, c'est effectivement être anonyme dans la vie réelle, masquer son identité d'une certaine façon, mais c'est aussi se créer une identité particulière sur cette plate-forme virtuelle. Par conséquent, au même titre que l'identité dans la vie réelle, l'identité créée sur internet et cristallisée par le pseudonyme, se forme continuellement dans un processus d'interactions virtuelles avec d'autres, tendant ainsi à se construire et à former une entité personnelle distincte d'autrui. Un échange entre deux anons nous a confortés dans cette hypothèse : [DocteurMaboule] « Cela dit, à un moment ou l'autre, l'argument d'autorité finit forcément par l'emporter (c'était même le cas au sein des communautés hippies). » Cette intervention est une réponse à [Ann O'Nymous] « La doctrine d'Anonymous est qu'il n'y a pas de chef. Il y a des gens qui font tourner les sites et d'autres qui "pilotent" des opérations. Cela n'en fait pas des chefs pour autant, car ils ne peuvent donner des ordres. » Précisons que ce dernier ne répondait pas à notre questionnaire directement, mais réagissait uniquement suite aux diverses réponses des autres anons (à notre questionnaire). [DocteurMaboule] écrivait plus haut : « je reste persuadé qu'il existe des chefs parmi nous. » Suite aux propos d'Ann O'Nymous, il revient sur sa considération : il peut n'y avoir pas de chefs désignés, mais il semblerait qu'il y aità l'œuvre ce qu'il appelle « l'argument d'autorité. » Cela signifie que ce principe prôné d'égalité, faisant abstraction des statuts, ce qui est rendu possible par l'anonymat, indispensable au bon fonctionnement de politique interne d'Anonymous, pourrait être biaisé. Tout simplement, l'accumulation d'une mémoire des actions et propos rattachés à un pseudonyme, peut contribuer à créer une certaine notoriété au sein de la foule virtuelle observée, créant pour cette entité une sorte de « capital relationnel », forme non héritée du capital social au sens de Bourdieu. Cette notoriété peut peser d'un poids non négligeable dans le système de prise de décision à l'issue d'une argumentation entre les membres. La violence symbolique serait présente dans ce genre de situation, et d'autant plus opérante qu'elle en semble moins évidente en raison de cette doctrine d'absence de chefs arguée (ce qui signifie en théorie pas de position de pouvoir) et de l'anonymat comme principe de base. Un des anons, [Vigdis], fait d'ailleurs référence à une personnalité du mouvement : « The Vicious Man », récemment invité sur un plateau de télévision dans l'émission « Salut les terriens » : « C'est Vicieux sur SLT qui m'a fait découvrir ce site. » Si le principe de l'anonymat avait été strictement respecté, cet individu se serait présenté en l'unique qualité de porte-parole du mouvement, et ce sans surnom. Il apparaît masqué mais est singularisé par l'exposition de sa trajectoire individuelle au sein d'Anonymous. Cette visibilité peut lui conférer une position plus dominante parmi ses pairs. Les informations sur « The Vicious Man » nous laissent entendre qu'il aurait une certaine connaissance du « réseau » étant donné qu'il est en mesure de préciser la participation de femmes dans Anonymous et d'estimer à 250 le nombre d'Anonymous que comprend la « cellule parisienne ».
  35. étudiant Member

    Également, la comparaison que nous avons opérée auparavant entre les hackers et Anonymous, nous permet d'élaborer une nouvelle hypothèse de recherche intéressante si nous voulions approfondir notre recherche. La sous-culture hacker précédant chronologiquement la naissance du mouvement d'Anonymous, associé au fait que tous deux semblent partager des valeurs communes (essentiellement la liberté d'accès à l'information et l'égalité), nous amène à supposer une éventuelle origine d'Anonymous au sein de la population des hackers. Nous utiliserons comme matériau le texte écrit en 1986, « The Conscience of a Hacker », présenté comme un manifeste par son auteur : « The Mentor ». « Nous utilisons un service déjà existant, sans payer ce qui pourrait être bon marché si ce n'était pas la propriété de gloutons profiteurs, et vous nous appelez criminels. Nous explorons... et vous nous appelez criminels. Nous cherchons la connaissance... et vous nous appelez criminels. Nous existons sans couleur de peau, sans nationalité, sans dogme religieux... et vous nous appelez criminels. » On peut voir dans ce passage le discours de justification de la pratique des hackers qui se construit en opposition avec la vision de la culture dominante. L'auteur met en évidence avec sa tournure syntaxique, le décalage entre la vision dominante consistant à étiqueter les hackers comme des criminels, et la pratique réelle de ces derniers. De plus, il va plus loin en émettant une véritable critique, qualifiant les propriétaires de ce marché de « gloutons profiteurs », qui se seraient accaparé arbitrairement, injustement selon l'auteur, une plate-forme d'échange libre, la transformant en comptoir de commerce. Dans son communiqué, Anonymous formule clairement la même accusation : « La connaissance n'est pas à vendre ». Cet argumentaire contre la marchandisation et ce principe d'égalité fondé sur une absence de distinctions sociales, sont aussi ce qui caractérise l'esprit militant du mouvement Anonymous. En déclarant : « Mon crime est de vous surpasser, quelque chose que vous ne me pardonnerez jamais. Je suis un hacker, et ceci est mon manifeste. Vous pouvez arrêter cet individu, mais vous ne pouvez pas tous nous arrêter... Après tout, nous sommes tous les mêmes. »,« The Mentor » n'est pas sans nous rappeler, tant dans la forme que dans le fond, le discours qu'Anonymous a adressé à la Scientologie : « Anonymous ne peut être éradiqué car nous sommes une volonté présente en chacun, pour chaque Anonymous qui tombe, dix prendront sa place. » L'exemple de « The Vicious Man » correspond à cette proposition d'hypothèse, étant donné qu'il semble être un hacker en raison de sa pratique informatique particulière. Parlant de son ordinateur il s'exprime en ces termes : « Pour moi c'était un gros lego, tous les jours je me disais que je pouvais aller plus loin le lendemain, et à partir de là, j'ai toujours eu les doigts sur un ordinateur. »
    Pour finir, la sous-culture des hackers en tant qu'elle comprend des valeurs, attitudes et normes spécifiques à ce groupe, et qu'elle s'oppose ainsi à la culture dominante, peut être considérée comme une contre-culture, au sens du sociologue Théodore Roszak. Dans son ouvrage The making of Counter Culture1, il explique que la contre-culture est aussi perçue comme un phénomène structuré, visible, important et ayant une temporalité considérable. Par le média d'Anonymous, la sous-culture des hackers semblerait prendre une ampleur d'autant plus évidente, qui nous conduirait à poser l'hypothèse de l'univers des hackers comme contre-culture. La visibilité acquise par « The Vicious Man » lors de son intervention télévisuelle témoigne du poids médiatique grandissant du phénomène, participant à un processus de popularisation de cette foule militante. Cette culture est désormais portée aussi par Anonymous, qui devient un acteur important sur la scène politique et sociale. Cependant, son évolution est incertaine, en raison des dérives possibles, notamment avec l'anonymat relatif constaté. Il serait pertinent de se placer dans une perspective d'observation s'inscrivant sur le long terme : nous pourrions avoir un élément de réponse quant à savoir si ce qui est couramment considéré comme une « utopie », c'est-à-dire l'organisation autogérée, pourrait trouver dans l'Internet des conditions particulièrement propices à sa réalisation...
    Bibliographie


    Becker, Howard S. Outsiders Études de sociologie de la déviance Éditions Métailié, 1985

    Boltanski, L. La dénonciation publique, inL'amour et la justice comme compétences

    Bourdieu, P. Questions de sociologie Éditions de Minuit, 1984

    Durkheim, E. Les formes élémentaires de la vie religieuse : le système totémique en Australie PUF (1912 pour la première édition)

    Le Bon, G. Psychologie des foules, PUF, (1895 pour la première édition)

    Levy, S.Hackers: Heroes of the Computer Revolution, Penguin Books Ltd, 1984

    Roszak, T. The making of Counter Culture Anchor Books, 1969 (Vers une contre-culture, Stock, 2001 pour la traduction française)

    1Anchor Books (1969) Vers une contre-culture, Stock, 2001
  36. étudiant Member

    Annexes


    Communiqué adressé publiquement à la Scientologie le 21 janvier 2008 par le biais d'une vidéo postée sur Youtube. (Ici, la version française également mise en ligne par Anonymous)

    Nous sommes Anonymous

    Depuis des années, nous vous observons dans l'ombre. Vos campagnes de désinformation, la répression des dissidents ainsi que votre nature litigieuse, tout cela a attiré notre attention. Avec la diffusion de votre dernière vidéo de propagande sur Internet, l'extension de votre influence néfaste sur ceux qui vous font confiance, ceux-la même qui vous appellent dirigeants, est devenue claire a nos yeux. Anonymous a donc décidé que votre organisation devrait être réduite a néant. Pour le bien de vos adeptes, pour le bien de l'humanité et pour notre propre amusement, nous nous devons de vous expulser d'Internet et de démanteler la Scientologie sous sa forme actuelle.

    Nous vous reconnaissons comme un adversaire de taille, ainsi nous nous préparons pour une longue, très longue campagne. Vous ne pourrez lutter éternellement contre la conscience populaire. Vos méthodes, hypocrites et souvent frauduleuses, ont sonné le glas de votre organisation.
    Vous ne pouvez vous cacher car nous sommes partout, nous représentons toutes les classes de la société actuelle : nous sommes vos facteurs, vos bouchers, vos cadres, vos médecins, vos voisins, vos amis. Anonymous ne peut être éradiqué car nous sommes une volonté présente en chacun, pour chaque Anonymous qui tombe, dix prendront sa place.
    Anonymous est Légion car nous sommes Innombrables, dans chaque villes, de chaque pays.

    Il ne fait aucun doute que vous utiliserez l'action d'Anonymous en tant qu'exemple de la persécution subie par vos membres. La Scientologie classifiant comme "SP" les personnes à traquer et à faire taire, nous acceptons cette étiquette. Vos croyants se réveilleront et verront que leur salut n'a pas de prix. Ils comprendront alors que le sentiment de frustration et d'injustice qu'ils ressentent n'est pas issu d'Anonymous mais bien de la manipulation à laquelle ils ont été soumis depuis des années.

    Pour défendre notre cause, Anonymous demande à tous ceux qui défendent les mêmes idéaux de descendre dans les rues le 10 février, date anniversaire de
    Lisa McPherson décédée entre les mains de la Scientologie.
    La connaissance n'est pas à vendre

    Nous sommes Anonymous.
    Nous sommes Légion.
    Nous ne pardonnons pas.
    Nous n'oublions pas.


    La Conscience d'un hacker Un autre s'est fait prendre aujourd'hui, c'est partout dans les journaux. "Scandale: Un adolescent arrêté pour crime informatique", "Arrestation d'un 'hacker' après le piratage d'une banque"...Satanés gosses, tous les mêmes. Mais avez vous, dans votre psychologie en trois pièces et votre profil technocratique de 1950, un jour pensé à regarder le monde derrière les yeux d'un hacker ? Ne vous êtes-vous jamais demandé ce qui l'avait fait agir, quelles forces l'avaient modelé? Je suis un hacker, entrez dans mon monde... Le mien est un monde qui commence avec l'école... Je suis plus astucieux que la plupart des autres enfants, les conneries qu'ils m'apprennent me lassent... Je suis au collège ou au lycée. J'ai écouté les professeurs expliquer pour la quinzième fois comment réduire une fraction. Je l'ai compris. "Non Mme Dubois, je ne peux pas montrer mon travail. Je l'ai fait dans ma tête" Satanés gosses. Il l'a certainement copié. Tous les mêmes. J'ai fait une découverte aujourd'hui. J'ai trouvé un ordinateur. Attends une minute, c'est cool. Ça fait ce que je veux. Si ça fait une erreur, c'est parce que je me suis planté. Pas parce qu'il ne m'aime pas... Ni parce qu'il se sent menacé par moi... Ni parce qu'il pense que je suis un petit filou... Ni parce qu'il n'aime pas enseigner et qu'il ne devrait pas être là... Satanés gosses. Tout ce qu'il fait c'est jouer. Tous les mêmes. Et alors c'est arrivé... une porte s'est ouverte sur le monde... Se précipitant à travers la ligne téléphonique comme de l'héroïne dans les veines d'un accro, une impulsion électronique est envoyée, on recherche un refuge à l'incompétence quotidienne... un serveur est trouvé. Vous vous répétez que nous sommes tous pareils... On a été nourri à la petite cuillère de bouffe pour bébé à l'école quand on avait faim d'un steak... Les fragments de viande que l'on nous a laissé étaient pré-machés et sans goût. On a été dominé par des sadiques ou ignoré par des apathiques. Les seuls qui avaient des choses à nous apprendre trouvèrent des élèves volontaires, mais ceux ci sont comme des gouttes dans le désert. C'est notre monde maintenant... Le monde de l'électron et de l'interrupteur, la beauté du baud. Nous utilisons un service déjà existant, sans payer ce qui pourrait être bon marché si ce n'était pas la propriété de gloutons profiteurs, et vous nous appelez criminels. Nous explorons... et vous nous appelez criminels. Nous recherchons la connaissance... et vous nous appelez criminels. Nous existons sans couleur de peau, sans nationalité, sans dogme religieux... et vous nous appelez criminels. Vous construisez des bombes atomiques, vous financez les guerres, vous ne punissez pas les patrons de la mafia aux riches avocats, vous assassinez et trichez, vous manipulez et nous mentez en essayant de nous faire croire que c'est pour notre propre bien-être, et nous sommes encore des criminels. Oui, je suis un criminel. Mon crime est celui de la curiosité. Mon crime est celui de juger les gens par ce qu'ils pensent et dise, pas selon leur apparence. Mon crime est de vous surpasser, quelque chose que vous ne me pardonnerez jamais. Je suis un hacker, et ceci est mon manifeste. Vous pouvez arrêter cet individu, mais vous ne pouvez pas tous nous arrêter... après tout, nous sommes tous les mêmes. +++The Mentor+++ Écrit par « The Mentor » le 8 Janvier 1986 (traduction française par « NeurAlien » le 8 septembre 1994)
    Articles de journaux sur Anonymous
    Les Inrockuptibles
    11/02/08 : Anonymous vs Scientologie : les dessous d’une guerre virtuelle
    21/09/10 : Attaques contre les ayants droit: les hackers radicalisent leur lutte
    25/12/10 : mention d'Anonymous dans un article sur Julian Assange
    29/01/11 : L'Hadopi espagnol déclenche la colère des "pirates" du Far West 2.0
    14/02/11 : Le réseau social, fer de lance de la révolution
    19/02/2011 : Hackers: mais qui sont les Anonymous ?


    Le Monde
    20/09/10 : Des sites d'ayants-droit américains victimes de cyberattaque
    08/12/10 : Attaques de sites en rafale pour "venger" Julian Assange
    09/12/10 à 11h49 : "Opération riposte" : les attaques vont continuer, affirme Anonymous
    09/12/10 à 12h22 : "Opération riposte" : début d'une cyberguerre, ou simple escarmouche ?
    09/12/10 à 15h21 : WikiLeaks : LOIC, l'outil clé en main de l'"Opération riposte"
    13/12/10 : WikiLeaks : un Néerlandais accusé de cyber-attaque remis en liberté
    27/01/11 : WikiLeaks : un Français et cinq Britanniques appréhendés pour leurs liens avec Anonymous
    07/02/11 : Une entreprise de sécurité, nouvelle cible d'Anonymous
    16/02/11 : Comment Anonymous a réussi à pirater une entreprise de sécurité


    Vidéos exploitées
    Pirat@ge, documentaire d'Étienne Rouillon et Sylvain Bergère diffusé sur France 4 le 15 avril 2011 à 22h20

    Interview de « The Vicious Man », extrait de l'émission « Salut les terriens » du 13 mars 2011 sur Canal + consacrée à Anonymous

    Et bien sûr, nous donnons en annexe les réponses que vous avez faites à notre questionnaire (jusqu'au 24 avril). Encore merci !
    • Like Like x 1
  37. Vigdis Member

    merci d'avoir partagé votre travail :)
  38. Gilbert Member

    Analyse pertinente, merci pour la mise à disposition.

    Vrai. C'est là un point qui n'a pas échappé à nombre d'entre-nous. A titre personnel, je pense que la solution actuelle est la moins problématique : s'il est vrai que l'identification de nos propos et actions par un pseudonyme rends les différentes faces d'Anonymous plus enclin à suivre ou à défaut à s'accorder à une autre face disposant d'un "capital confiance" élevé, l'anonymat complet - sans aucun moyen d'identification - (ex : anonbase) pourrait s'avérer dangereux. Une personne malintentionnée serait en mesure de manipuler plus facilement et piéger les autres membres de la Communauté, puisqu'il n'y aurait aucun moyen d'estimer la moralité de celle-là.
  39. Ann O'Nymous Member

    Intéressant. Quelques remarques:
    - Les premières actions collectives ont antérieures à Chanology. Certaines étaient "pour le lulz", d'autres avaient une motivation "politique".
    - Il aurait fallu préciser sur quel(s) site(s) votre questionnaire avait été déposé et l'incidence sur le type de réponses reçues.
    - Je pense qu'Anonymous, c'est le "hacking pour les nuls" (c'est mon cas en tout cas): participer à un forum, manifeter dan la rue ou utiliser LOIC ne demande pas de compétence informatiques particulière. Il y a des exceptions.
  40. anon_jpr Member

    merci étudiant, très intéressant

Share This Page

Customize Theme Colors

Close

Choose a color via Color picker or click the predefined style names!

Primary Color :

Secondary Color :
Predefined Skins