Customize

François Hollande ne veut plus abroger Hadopi - Numerama

Discussion in 'Anonymous Pour la Liberté d'Expression' started by VendettaForAnonymous, Oct 5, 2011.

  1. Hollande <-- Dehors!
  2. Ann O'Nymous Member

  3. LeJoker Member

    La classe on va avoir un FN VS FG
  4. Thierry L Member

    Dommage de Hollande ...
  5. LeJoker Member

    il a perdu des belles voix
  6. Ça alors, un politique qui revient sur ses promesses ! Oah dis donc, je suis drôlement étonné.
    • Like Like x 2
  7. LeJoker Member

    Il aurait pu être intelligent et décrocher d'abord le siège présidentielle avant de changer ses promesses ...
  8. Moathib Member

    Ça pue la vieille promesse de campagne faite à un électorat restreint...

    Ce serait vraiment dommage que les socialistes n'abrogent pas cette loi stupide, eux qui portent comme projet la création d'une société française plus juste face à l'état policier sarkozyste.
    • Like Like x 1
  9. anon_jpr Member

    oui bon en même temps Hadopi a perdu tout son sens, a part foutre du pognon de mes impôts dedans pour faire du spam...
    Hollande président...la blague
  10. Vigdis Member

    Content de te revoir, j'ai cru qu'on t'avait perdu :)
  11. anon_jpr Member

    héhé non non , toujours là , mon emploi du temps ces derniers temps était très très chargé , je m’étais mis en mode Lurk. Je refais surface doucement :)
  12. Anonymous Member

    on s'en fout de ce que pense ou ne pense pas hollande, marine ou nicolas
    ici nous sommes apolitique
    nous vivons dans la cité avec nos differences
    notre combat est le meme depuis le debut en 2008
    l'objectif primordial destabiliser et mettre hors etat de nuire la secte scientologie
    ensuite nous verrons ailleurs
  13. Izula Member

    Tu es lourd.
    Anonymous est apolitique mais chacun de nous a son opinion politique, et là il donnait son avis personnel.
    Je croyais que tu avais compris que tout le monde ne luttait pas contre la scientologie ici, mais visiblement non.
  14. Moathib Member

    Apolitique ne veut pas dire qu'on doit oublier de défendre des idées parce qu'elles sont abordées par la sphère politique.

    Nous pouvons cependant envoyer globalement un message à tous les politiciens en dénonçant cette loi et en proposant des pistes de réflexion, voir des solutions.
  15. LeJoker Member

    nan mais gardons cette loi, ne levons pas un seul petit doigt, laissons les se rendre compte a quel point cette situation est ridicule.
    Je préfère avoir cette loi qu'acta x)
  16. Vigdis Member

    Concrètement y aurait quoi comme différence entre ACTA et Hadopi pour vous ?
    Parce que là si Hadopi ne marche pas c'est pas parce que les instigateurs ne voulaient pas plus, simplement que ce n'est pas passé.
    Et donc pourquoi ACTA passerait ?
  17. Moathib Member

    Si quelqu'un s'en sent le courage, je crois que faire un petit rappel sur ACTA et HADOPI serait pas mal (sources à l'appui !).

    Perso, je suis trop occupé à m'amuser avec le conspirationniste qui nous gratifie d'une discussion sur... les OVNIs.
  18. Bassmada Member

    Depuis quand internet doit etre limite et restreint par des lois? C'est le seul espace libre de divulgation d'info....
    Quant a s'etonner de pas en arriere d'un homme politique... Comme e dit joker il aurait mieux valu qu'il le fasse une fois president, si tant est qu'il le soit!
  19. LeJoker Member

  20. Archaïc Member

    http://hightech.nouvelobs.com/actualites/20100126.OBS4854/l-acta-le-traite-qui-menace-le-web.html

    Il faut aussi ajouter :

    Dans le même style que ACTA ou Hadopi, il y'a aussi le débat sur la neutralité du Net qui est très intéressant.
  21. Moathib Member

    Là, je ne suis pas d'accord avec toi.

    Il faut des lois pour éviter certains abus. Je pense aux gens qui font du commerce en ligne. Ce qu'on leur demande n'est pas mortel et ça avantage le client. Ce que la CNIL demande n'est pas non plus difficile à appliquer. Mais il ne faut pas abuser non plus.
  22. LeJoker Member

  23. Archaïc Member

    Habituellement le socialisme me sort par les yeux mais j'avoue que son idée me séduit beaucoup, d'une faible redevance prélevée sur les fournisseur ou directement sur le consommateur, afin de créer une "contribution à la créativité". L'idée d'un ayant droit au remix d'une création aussi. Il a raison en disant qu'il faut réglementer Internet. Internet reste une société à part entière où des gens travaillent, vendent, achètent. Comme tout système, il doit avoir des lois pour éviter de sombrer dans l'anarchie totale. N'oublions pas que l'Internet a beau être virtuel, ses impacts sont réels eux.

    Je trouve sa proposition assez bonne dans l'ensemble, liant les interêts des internautes et ceux des créatifs et éditeurs. Pas d'Hadopi mais une autre législation.
    Contrairement à Aubry qui veut laisser l'internet en jachère.
  24. Vigdis Member

    La propagande a bien fait son effet, anéfé il n'y a que des vilains pédophiles.
    Et réglementer ? Tu crois que les mecs s'y connaissent un minimum ?
    L'anarchie totale ?
    On ne doit pas avoir le même internet.

    Sinon plus généralement, avec la licence globale, comment payer les artistes ?
    Combien de vidéos ont fait le "buzz" car le mec était un attardé ... Les mecs faisant ces vidéos vont recevoir de l'argent donc ? (En supposant qu'ils prennent le modèle de rétribution en fonction du nombre de vue).
  25. Archaïc Member

    Je ne comprend pas le rapport avec la pédophilie. Pourquoi tout de suite penser à la pornographie ... ? Si c'est ton utilisation d'internet, soit, mais moi, il s'avère que ce que je comprend en lisant un article à propos de réglémentation du Web, ce serait plutôt vis à vis du libre échange de données protégées par des droits d'auteur, à savoir les sites warrez ou le p2p.

    Manifestement non, nous n'avons pas la même. Parce que dans le mien, je vois en tappant "streaming" ou "warrez" dans google une liste géantissime de domaine où circulent le dernier Green Lantern en HD alors qu'il est sorti au cinéma il y'a 2 semaines. Pour moi c'est une forme d'anarchie ==> aucun système d'ordre et de protection des idées.
  26. Vigdis Member

    Pour toi pornographie et pédopornographie sont une seule et même chose ? .....
    Concrètement, ça sert à quoi ?
    A part booster le business des sites de DDL.
    Et tu comptes faire quoi ? Obliger google à dé-référencer ces recherches ?
  27. Moathib Member

    Il faut faire preuve de discernement. Des lois doivent exister dans certains domaines (comme la vente en ligne) pour protéger l'intérêt de l'utilisateur. Mais il faut aussi que l'état protège la vie privée des utilisateurs en imposant des réglementations sur l'utilisation des données nous concernant par les propriétaires de site internet. Et pour ça, je défend tout à fait la CNIL qui a des demandes très simples à appliquer.

    Je suis d'accord qu'il faut défendre la création. Mais le système actuel est mal fait parce qu'il défend principalement des sociétés qui font des bénéfices incroyables, sous prétexte qu'il y a pour eux... un manque à gagner. Autrement dit, c'est l'utilisateur qui est fliqué pour gonfler un peu plus les caisses des grosses productions. Pour moi, c'est une forme indirecte de rackette...
  28. Vigdis Member

    Et vous croyez qu'il n'y aucune lois qui régissent la vente sur internet ?
    La CNIL est bien, mais elle manque un peu d'autorité à mon gout :/
  29. LeJoker Member

    Je suis pour une législation d'internet dans le cas du commerce. Cependant un traitement commercial via internet peut être réglé par le droit du commerce car il s'agit d'un contrat synallagmatique (nota bene :Qualifie les contrats qui contiennent une obligation réciproque entre les parties). On en fait tout les jours des contrats même avec la boulangère.

    car selon l'article 1101 du code civil :
    Le contrat est une convention par laquelle une ou plusieurs personnes s'obligent, envers une ou plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose.

    et surtout l'article 1102
    Le contrat est synallagmatique ou bilatéral lorsque les contractants s'obligent réciproquement les uns envers les autres.

    Cependant le contrat doit se manifester par des conditions essentielles

    Article 1108

    Quatre conditions sont essentielles pour la validité d'une convention :

    Le consentement de la partie qui s'oblige ;
    Sa capacité de contracter ;
    Un objet certain qui forme la matière de l'engagement ; (dans notre cas ça peut être un email, si paypal et ben il faudra montrer la preuve du retrait)
    Une cause licite dans l'obligation.

    Dans le cas d'une transaction via internet en france c'est respecté ainsi.

    Cependant je veux législation particulière, c'est au niveau du commerce internet avec l'international car c'est beaucoup plus difficile et expansif, tu es carrément obligé de saisir des tribunaux à l'international pour faire ça. Or ce qui pourrait être une révolution, j'essaie d'anticiper, c'est la conception des juristes pour l'internet avec un tribunal spécialisé dans ce domaine.
    Nécessite de la chose: Internet est carrément une autre réalité, on est sur une plateforme en dehors de tous, elle nous unit qu'on soit chinois, russe français, américain, africain ... Le problème c'est que ça couterait cher à l'etat mais personnellement c'est utile, et très utile avec le développement de l'internet et il faudrait faire un "Code internet" ce qui me semblerait plus pratique et beaucoup plus simple. D'un côté la complexité de la chose est de trouver une loi commune au monde pour le net, ça c'est une autre histoire. Mais si on développe ça chez nous, on sera des précurseurs d'une législation complète de l'internet et ça s'établira même au monde.
  30. Moathib Member

    J'ai dit le contraire ?

    Je suis tout à fait d'accord.
  31. Vigdis Member

    Je ne remets pas en cause la situation actuelle, donc je pensais qu'on parlait dans le futur. Au temps pour moi.
  32. Thierry L Member

    cf. : http://owni.fr/2011/12/02/fleur-pellerin-internet-hollande-presidentielle-2012-hadopi/
    L’Internet socialiste



    fleur-pellerin.jpg
    C’est à deux pas de la Cour des Comptes, où elle sévit encore, que Fleur Pellerin nous a donné rendez-vous. A 38 ans, la jeune femme vient d’être nommée responsable du pôle “Économie numérique” dans l’équipe de campagne de François Hollande, tout juste constituée. “Il était important pour moi d’y ajouter ’société’, car le numérique n’est pas une branche de l’industrie comme l’agroalimentaire”, précise-t-elle d’emblée.
    Sa prise de fonction a fait l’effet d’un micro séisme dans le landernau numérique : inconnue au bataillon Internet, Fleur Pellerin s’est surtout illustrée par l’excellence de son parcours – bac à 16 ans, Sciences Po, ENA – et un passage à la tête du club XXIème siècle, réseau promouvant la diversité. Un “pur produit de la méritocratie française”, plus proche des questions d’égalité des chances ou de fiscalité que des réflexions réticulaires, dont on ne trouve d’ailleurs nulle trace dans le portrait tiré par Libération en avril 2010. Au Parti Socialiste, elle totalise déjà trois campagnes présidentielles. Celle du candidat Hollande inaugure la mise en lumière de cette ancienne conseillère de l’ombre, qui n’est pas du sérail. Une affiliation informelle – elle n’est plus encartée – qui explique son allant et son franc-parler.
    Parachutée dans les landes numériques, la jeune femme se donne jusqu’au 15 décembre pour proposer la première version de son programme. A retravailler jusqu’en début d’année. Plus qu’un chantier, un travail de dentellier. A réaliser dare-dare. La néophyte le reconnaît. Comprendre les enjeux, s’acclimater à un milieu sévère, qui s’étonne de voir débarquer une novice à l’approche d’une échéance telle que la présidentielle. L’ampleur de la tâche : c’est ce qui fait courir Fleur Pellerin sur les autoroutes de l’information. Un voyage qui s’annonce turbulent.
    Hadopi tabou

    En interne, la constitution de l’équipe de campagne n’a pas réglé les bisbilles entre cadres du parti et rivaux d’hier. Si officiellement le rassemblement derrière François Hollande est unanime, la fusion des troupes pose toujours problème. En coulisse, on murmure que “c’est le bordel”. Y compris sur le numérique. Sans confirmer, Fleur Pellerin déclare n’avoir que peu de relations avec Solférino. Si elle affirme qu’elle puisera dans “les travaux du Laboratoire des idées avant de proposer au candidat les axes de son programme numérique”, elle déclarait il y a quelques jours que son programme ne serait pas celui du Parti Socialiste [PDF].
    Une indépendance qui visiblement, ne passe pas. En particulier sur le point chaud de la campagne numérique, l’éternel maëlstrom Hadopi. A la suite de notre entretien réalisé dans la matinée du 28 novembre, Fleur Pellerin nous a demandé de retirer toute citation concernant le sort de la Haute autorité. Motif : il ne s’agit que de pistes de travail, et seul François Hollande pourra arbitrer sur la question. Dans une première interview, publiée le 29 novembre, la jeune femme exprimait clairement sa volonté d’abroger l’institution, pour la remplacer par une autre, débarassée du sceau symbolique “Hadopi”. Vertement critiquée par certains observateurs, la position de Fleur Pellerin n’a manifestement pas plu en interne. D’ici le 15 décembre donc, motus et bouche cousue. Sur cet unique point : pour la neutralité, la fiscalité du secteur, l’e-education, l’e-santé, la critique du bilan de cinq ans de sarkozysme, les vannes sont en revanche ouvertes. Il ne s’agit pourtant que d’ébauches de réflexions, qui appelleront, là aussi, une validation du candidat socialiste.
    L’Hadopi fait peur. Bête noire de l’UMP comme du PS, elle est le signe de la soumission des partis au bras de fer, féroce, que se livre lobbyistes de la Culture et du numérique pour avoir voix au chapitre 2012. Au lieu de lancer un chantier public, évolutif, entier, l’opposition fait le choix de se murer dans un silence qui ne saurait prévenir des bourdes. Les rétropédalages font tache : celui-ci en est un ; il rappelle les tergiversations maladroites de François Hollande sur ce même point, il y a quelques semaines à peine. Confirmant ainsi que c’est bien le “bordel”.

    Côté moyens, la responsable de pôle ne dispose par ailleurs d’aucune ressource. “J’assume ne pas avoir de moyens, j’assume le modèle start-up, le côté artisanal.” D’où l’appel à contributions lancé sur Rue 89 il y a quelques jours : pour l’occasion, pas de plate-forme participative, pas de site, mais une adresse mail : numerique2012@gmail.com. Une initiative qui a fait les gorges chaudes de quelques trublions, notamment sur Twitter.

    Ils m’attaquent parce qu’ils s’imaginent que je ne connais pas les codes, mais en 1998, je fréquentais des forums d’opéra US, et les trolls étaient déjà là ! Ils trollaient sur … du Wagner. Les codes étaient identiques.

    Quant à l’appel à contributions, elle se félicite “d’avoir déjà obtenu une centaine de mails. Un wiki aurait été un défouloir”, poursuit-elle, “on aurait passé plus de temps à modérer”. Une semaine après l’ouverture de la consultation, elle nous confie avoir “reçu 500 pages de contributions très riches et constructives. Nous allons faire réagir les internautes sur une première synthèse très prochainement”.
  33. Thierry L Member

    SUITE

    “A l’encontre du tout-répressif de Sarko”

    Rentrant dans le vif du sujet, Fleur Pellerin expose méthodiquement ses priorités : “définir un programme de travail et constituer une équipe, afin d’avoir une position argumentée sur un certain nombre de projets urgents”. Son pôle a été décliné en cinq axes : “infrastructures et aménagement du territoire”, “innovation et e-business”, “droits et libertés sur Internet” – dans lequel se range Hadopi, dont nous ne parlerons donc pas -, “développement des services et contenus” et “fiscalité numérique”. “Oui, c’est assez vaste !” conclue-t-elle dans un sourire.
    Sur l’économie de l’innovation, elle déplore un “retard” français : “il y a une marge de progrès”, estime la jeune femme. Pour la combler, Fleur Pellerin assure que les réflexions seront menées en fonction du contexte budgétaire contraint.

    Concernant la fiscalité des jeunes entreprises innovantes (JEI) ou du commerce en ligne, elle explique que les incitations devront se faire selon “différents scénarios en fonction de l’état dans lequel la droite laissera les finances publiques en mai 2012, et surtout assurer aux entreprises un environnement juridique stable”. “Durant les 100 premiers jours, on devra être réaliste”, concède-t-elle, avant d’ironiser “je suis à la Cour des Comptes, la contrainte budgétaire, je l’ai intégrée !”
    Les promesses seront chiffrées et envisageables : “on essaiera de se placer dans la faisabilité financière et juridique.” Une rigueur en grille de lecture des affaires en cours : elle commente la taxe Google, serpent de mer gouvernemental qui cherche à imposer les revenus publicitaires engrangés en France par les géants du web :“Pas contre sur le principe, mais à condition que le dispositif ne se retourne pas in fine contre les seules entreprises françaises ”. “Contrairement à Sarkozy, qui vient encore de le faire avec l’annonce de la création du centre national de la musique, nous ne proposerons pas de mesures sans nous être assurés de leur faisabilité financière et juridique”.

    Si elle n’est pas identifiée comme référence dans le milieu, Fleur Pellerin met en avant des réseaux solides autour du numérique. “Je couvre toute la palette : média, opérateurs, think tanks, fédérations et syndicats professionnels, lobbyistes, haut-fonctionnaires” , assure-t-elle. Des connaissances déjà mobilisées à titre bénévole et amical. Le travail est informel : la première réunion s’est tenue chez elle ; même son mari, fiscaliste au Conseil d’Etat, a été mis à contribution. Dans ses cercles, des membres de l’Arcep et de la Caisse des dépôts, “catastrophés par la gestion du très haut débit” ; des entrepreneurs comme Jean-Baptiste Soufron, Nicolas Gaume, président du Syndicat National du jeu vidéo ou Benoît Thieulin ; certains acteurs du monde de la Culture, SPRD et ministère, ou encore Daniel Kaplan, soutien de Martine Aubry pendant la primaire et délégué général de la Fondation pour l’Internet Nouvelle Génération (FING).
    On lui demande ce qui différencie son programme de celui de l’UMP. Elle réagit vivement, et critique le bilan de la majorité : “c’est bien joli de montrer ce programme, de dire ‘le meilleur reste à venir’ si rien n’a été fait en 5 ans !” Et déroule sur Nicolas Sarkozy : “il ne s’adresse qu’à des clientèles. Tout le monde y croit mais il n’y a rien derrière”. Sur sa dernière sortie à Avignon, durant laquelle il avait proposé l’établissement d’une “Hadopi 3” pour lutter contre le streaming, elle ironise : “comment on fait ? On met des mouchards chez les gens ? On ferme YouTube ? Sa position est ultra sécuritaire et après ses lieutenants parlent de neutralité des réseaux, ça me fait rire !” Et de conclure : “oui, je suis très énervée !”

    On veut aller à l’encontre du tout-répressif de Sarko .
    Le principe fait consensus en interne, mais pas sûr que les cadres du parti et de la campagne la suivent sur “les modalités concrètes” . Si à Solférino “tout le monde a pris conscience qu’Internet représentait un levier de croissance et une modification radicale de la société” , “il y a encore de ‘vieux logiciels’ qui traînent au PS” . Et les attentes de la communauté se font pressantes: il ne suffit pas de critiquer le bilan du camp d’en face ; des mesures cadres sont à définir. Or, des arbitrages, pas forcément favorables, seront pris par la direction de campagne. Fleur Pellerin en a conscience, se dit “loyale” , et profite pour le moment de sa “liberté dans la réflexion” . Une autonomie synonyme de “faiblesse” : “cela veut aussi dire que je ne suis pas forcément très soutenue”. Le recadrage de dernière minute, sur Hadopi, est venu le confirmer.

    En vente en décembre le livre électronique “e-2012″, chez Owni Editions, une enquête signée Andréa Fradin et Guillaume Ledit sur la campagne numérique de l’UMP et du PS.

Share This Page

Customize Theme Colors

Close

Choose a color via Color picker or click the predefined style names!

Primary Color :

Secondary Color :
Predefined Skins