Customize

Manuel de Résistance Anon & Accès au Savoir

Discussion in 'France' started by X-B0rd3r, Apr 24, 2013.

  1. X-B0rd3r Member

    Bonjour Anon,

    voici l'extrait de ce que l'un des proches d'Aaron Swartz a dit lors de son enterrement, lui qui souhaitait pourtant ne pas être enseveli sous des mètres de Terre:
    ============================================
    Nous n’avons rien fait de mal. Ils n’ont rien trouvé. Nous avions fait notre devoir de citoyen et l’enquête du gouvernement n’a rien trouvé de répréhensible mais ce fut une perte de temps et d’argent. Si vous voulez faire peur, faites asseoir quelqu’un avec deux agents fédéraux pendant un moment et vous verrez la vitesse à laquelle son sang se glace. Il y a des gens qui affrontent le danger tous les jours pour nous protéger — les policiers, les pompiers et les services d’urgence — je leur en suis reconnaissant et je suis ébahi par ce qu’ils font. Mais le travail des gens comme Aaron et moi, faire des DVD et faire tourner des scripts shell sur des documents publics, ne devrait pas être une profession dangereuse. Nous n’étions pas des criminels, mais des crimes furent commis, des crimes contre l’idée même de la justice. Quand la procureure fédérale a dit à Aaron qu’il devrait plaider coupable de treize crimes pour avoir tenté de propager le savoir avant qu’elle ne puisse envisager de négocier sa peine, c’était un abus de pouvoir, une utilisation frauduleuse du système de justice criminelle, un crime contre la justice. Et la procureure fédérale n’a pas agi seule. Elle fait partie d’un groupe dont l’intention est de protéger la propriété, pas les gens. Tous les jours, partout aux États-Unis, des démunis n’ont pas accès à la justice et sont confrontés à ces abus de pouvoir. C’était un crime contre le savoir qu’une organisation à but non lucratif telle que JSTOR transforme un téléchargement qui n’a causé aucun préjudice ni dommage, en une procédure fédérale de 92 millions de dollars. Et le monopole de JSTOR sur la connaissance n’est pas unique. Partout aux États-Unis, des sociétés ont planté leurs griffes sur les champs de l’éducation : universités privées qui volent nos vétérans, organismes de normalisation à but non lucratif qui rationnent les codes de sécurité publique alors qu’ils payent des salaires d’un million de dollars, et les conglomérats multinationaux qui évaluent la valeur des articles scientifiques et des documents juridiques à l’aune de leur marge brute. Dans le procès JSTOR, la position plus qu’agressive des procureurs du Département de la Justice et des agents de la force publique était-elle une vengeance liée à l’embarras de nous avoir vu nous tirer à bon compte, en tout cas à leur yeux, de l’affaire du PACER ? Est-ce que la poursuite sans merci de JSTOR était la revanche de bureaucrates embarrassés d’avoir été ridiculisés dans le New York Times, d’avoir reçu un blâme du Sénat ? Nous n’aurons probablement jamais la réponse à cette question, mais il semble certain qu’ils ont détruit la vie d’un jeune homme par simple abus de pouvoir. Ce n’était pas une question criminelle, Aaron n’était pas un criminel. Si vous pensez posséder quelque chose et si je pense que ce bien est public, il me semble juste de vous voir au tribunal. Si vous avez raison et que je vous ai fait du tort, je prendrais mes responsabilités. Mais quand nous retournons le bras armé de la Loi contre les citoyens qui contribuent à accroître l’accès à la connaissance, nous brisons l’esprit de la loi, nous profanons le temple de la justice. Aaron Swartz n’était pas un criminel. C’était un citoyen et un soldat courageux dans une guerre qui continue aujourd’hui, une guerre dans laquelle des profiteurs corrompus et vénaux essayent de voler, de profiter, d’assécher notre domaine public au profit de leurs gains privés. Quand des gens essaient de restreindre l’accès à la loi, ou qu’ils essaient de collecter des droits de péage sur les routes du savoir, ou refusent l’éducation à ceux qui n’ont pas de moyens, c’est eux qui devraient subir le regard sévère d’un procureur outragé. Ce que le Département de la justice a fait endurer à Aaron pour avoir essayé de rendre notre monde meilleur, ils peuvent vous l’infliger. Notre armée n’est pas réduite à un loup solitaire, elle est forte de milliers de citoyens, beaucoup d’entre vous dans cette pièce, qui se battent pour la justice et le savoir. J’affirme que nous sommes une armée, et je mesure bien l’usage de ce mot car nous affrontons des personnes qui veulent nous emprisonner pour avoir téléchargé une base de données afin de l’examiner de plus près, nous affrontons des personnes qui croient qu’ils peuvent nous dire ce que nous pouvons lire et ce que nous pouvons dire. Mais quand je vois notre armée, je vois une armée qui crée au lieu de détruire. Je vois l’armée du Mahatma Gandhi marchant pacifiquement vers la mer pour récolter du sel pour les gens. Je vois l’armée de Martin Luther King marchant pacifiquement mais avec détermination sur Washington pour réclamer ses droits, car le changement ne coule pas de source, il provient de luttes continues. Quand je vois notre armée, je vois l’armée qui crée de nouvelles opportunités pour les pauvres, une armée qui rend notre société plus juste et plus égalitaire, une armée qui rend le savoir universel. Quand je vois notre armée, je vois les gens qui ont créé Wikipédia et l’Internet Archive. Je vois ceux qui ont programmé GNU, Apache, BIND et Linux. Je vois ceux qui ont fait l’EFF et les Creative Commons. Je vois les gens qui ont créé notre internet en tant que cadeau au monde. Quand je vois notre armée, je vois Aaron Swartz et j’ai le cœur brisé. Nous avons vraiment perdu l’un de nos anges gardiens. J’aimerais que nous puissions changer le passé, mais c’est impossible. Par contre, nous pouvons changer le futur, et nous le devons. Nous le devons à Aaron, nous nous le devons à nous-mêmes, nous le devons pour rendre notre monde meilleur, en faire un lieu plus humain, un endroit où la justice fonctionne et où l’accès à la connaissance est un droit de l’Homme.
    ============================================

    L'idée de bâtir un manuel ouvert et créatif avec chacun de vous m'a traversé l'esprit à la relecture de ce discours.
    Il y a le symbole, l'occasion de faire le point sur le rôle d'Anon dans la diffusion de l'information, du savoir et du droit à l'instruction et l'accès à la connaissance.
    Tout ce qui remet à niveau les inégalités intellectuelles et l'échelle sociale. Toutes vos critiques constructives et suggestions sont bien entendu plus que souhaitées.
    • Like Like x 3
  2. giovanymous Member

  3. X-B0rd3r Member

  4. Stigmata88 Member

    Je pense que c'est une grande idée.
    Pendant la grande révolution, des chimistes enseignait gratuitement au peuple la fabrication de poudre et l'utilisation des armes. C'était des formations de révolutionnaires avec pour objectif de pouvoir s'opposer à une armée régulière illégitime en temps voulut.

    Je pense donc que ce dossier ne devrait pas se borner à la légalité.

    @giovan: Le tout est pas de défendre une bonne cause bêtement, c'est d'appliquer aussi ses concepts à soi-même.
    • Like Like x 1
  5. Roger.Guy Member

    Non ce n'est pas illusoire, des pisse froids diront que ca sert à rien, comme d'habitude, alors que l'on sait très bien qu'un jour ça servira.
  6. giovanymous Member

    D'accord mais pourquoi t'adresser à moi ?
  7. Stigmata88 Member

    Tu critique des documentaires que tu ne regarde pas. Même ce *** de Roger a kiffé.
  8. X-B0rd3r Member

    Nous sommes un petit groupe sur ce dossier, mais vu les personalités, cela devrait prendre forme rapidement. Il y a quelque chose à faire, vous êtes tous super créatifs, on peut tenter de centraliser cela. L'idée fera dans un deuxième temps (j'espère) que d'autres Anons -autres juridictions- viennent aider en groupe avec d'autres idées.
    Merci à tous pour vos réflexions, je reviens auprès de vous avec plus de concret pour avancer.
  9. Vas y, .... vieux machin :)
    • Like Like x 1
  10. X-B0rd3r Member

    J'essaie de cadrer et de faire des recherches sur ce qui est en ligne en open source dans les lieux d'enseignements: universités (Francophones au début et si la trame fonctionne on étend aux autres pays - pour le MIT va falloir éviter les caméras), écoles, associations locales et tout ce qui en lien avec l opensource (tutoriels, wiki & co).
    La démocratisation des sys *nix (1% des OS au niveau mondial..), et tout ce à quoi vous penserez!
    • Like Like x 1
  11. Trolldoys Member

    Et bien tu vois j'ai bien lu ce discours ainsi que ton commentaire.
    Anonymous se bat contre la scientologie et pour la liberté d'expression, là on parle d'accès à la connaissance.
    Et bien pour moi, nous Anons, nous battons contre la scientos, pour la liberté d'expression et nous devrions nous battre aussi pour l'accès à la connaissance.
    Plus les hommes seront éclairés, et plus ils seront libres.

    nous avons les capacités ici à partager nos connaissances dans tous les domaines. Nous avons la possibilité de nous enrichir les uns les autres.
    C'est en partie par manque de connaissance que la scientologie à prit de l'ampleur, c'est parce que nous avons lutter ouvertement pour porter au grand jour les agissements immondes de cette secte que la sciento recule en France.
    La liberté d'expression c'est essentiel pour dénoncer haut et fort les injustices.
    L'accès à la connaissance c'est donner les moyens au peuple de penser par soi même.
    Je pense que l'un et l'autre sont complémentaires.
    • Like Like x 1
  12. X-B0rd3r Member

    Merci d'être un Anon. A nous de concrétiser nos souhaits.
  13. Pinkman Moderator

    Je trouve l'initiative très intéressante.
    Tous ceux qui ne sont pas intéressés, allez pourrir un autre sujet et laissez les avancer.
  14. Menthe Moderator

    Excellente idée.
    Si tu as l'occasion de partager davantage d'informations sur ce que tu vois là dedans, ce qui a été fait, ce qu'il faudrait faire : n'hésite pas, c'est intéressant.

    EDIT : Pour l'instant dit comme ça, ça me fait penser au Anonymous - Survival Guide for Citizens in a Revolution : http://www.pdf-archive.com/2011/10/26/anonymous-survival-guide-for-citizens-in-a-revolution/
    • Like Like x 1
  15. X-B0rd3r Member

    Effectivement c'est une bonne base de réflexion, mais je voyais le manuel plus centré sur l'accès à la connaissance, AMHA les Anons ont déjà leur idée propre d'un guide lors d'une révolution, j'inclue cela dans leur ADN, peut être à tort.

    J'imagine qu'il faut commencer par se poser les questions destinées à englober l'idée -j'exprime cela un peu en vrac- (désolé(é) pour cela).
    - Que peut on faire, au jour le jour, pour diffuser au plus grand nombre, avec les moyens qui sont ceux d'Anon?
    - Anon doit il s'adosser à des associations pré-existantes (EFF) avec le risque de leur nuire?
    - Comment encourager la mise en ligne des grandes études / mémoires des universitaires avancés?
    - Comment pirater le maximum de bases sql en un minimum de temps (je plaisante, un peu de lulz n'a jamais endommagé quoique ce soit).
    - Comment réussir à donner l'information à ceux pour lesquels, toucher un ordinateur, est une aventure incertaine?
    - Quels types d'informations vous semblent les plus importantes à diffuser -pas sûr que ces dernières interrogations soit légitime-?
    - La démarche doit elle intrusive, ou collaborative ? (IE si des infos à caractère éducatif sont en ligne sans droit ni cr, doit on les diffuser ?)

    Bref bcp de questions désolé(e).
    Mais le wiki -nous ne sommes pas si nombreux dans le thread- pour avancer, a bien besoin d'un cadre délimité, sinon d'expérience, cela partira dans le décor au niveau du temps AMHA.

    Bref, vos griefs viendront compléter/modifier tout cela. Merci à vos premiers encouragements, j'étais refroidi(e) de lancer ce qui peut être ressenti comme non-avenu.
  16. Menthe Moderator

    Intéressant. L'optique serait donc plutôt un guide de revendication ou de transmission/diffusion d'une information qui semble légitime de partager au lecteur, c'est ça ?

    Il convient effectivement de définir des cadres, quitte à faire des compromis. Ceci dit, l'aspect wiki ne m'inspire qu'à moitié, ça ne porte pas vraiment ses fruits : et quitte à faire un guide sur "comment diffuser de l'information", autant réussir à faire quelque chose de plus brillant qu'un wiki sordide (sur lequel, à n'en pas douter, aucune ménagère de plus de 50 ans n'ira mettre les pieds)

    Là j'émets quelques doutes. Toute la complexité de la question réside justement dans la légitimité de l'opération, et l'illégitimité des "opposants".
    Ici, qui pensera que ceux qui utiliseront ce guide, ou Anon, ont et auront des buts plus légitimes que... Le gouvernement en place, par exemple ?
    En période de Révolution, si un scandale éclate, vous pouvez être surs que des dizaines de milliers de personnes agiront, et manifesteront, et frôleront l'illégalité au nom de la légitimité. Mais ici, je doute que qui que ce soit sorte les armes pour défendre Anon face à une menace "illégitime", du moins pas aussi largement qu'un tel document de résistance pourrait le laisser penser en proposant du contenu qui vire à l'illégalité.
  17. X-B0rd3r Member

    Bonsoir Anon.
    Premier état des lieux sur les initiatives de partage du savoir, ce que je cherchais: un équivalent à l'internet archive de SA.
    Base: Aux US
    http://archive.org/index.php
    https://house.resource.org/
    http://www.archive-it.org/

    Voici ce que j'ai touvé en Francophone, commençons par les "grandes" universités & lieu d'enseignement:
    Dauphine, c est navrant:
    https://www.ent.dauphine.fr/uportal...bID&focusedTabID=111&uP_sparam=mode&mode=view
    HEC
    http://www.hec.fr/Doctorat/Theses/Theses-soutenues/(y)/2012 Une liste..
    Sous la mention Faculté & Recherche, il y a bien un onglet "Publication" mais vide bien sûr
    http://www.hec.fr/HEC-Paris/Mentions-legales
    Centrale (encourageant)
    http://hal-ecp.archives-ouvertes.fr...do=browse_byLaboAffi&submit=1&which_labo=3207

    L'espoir vient des CERN & CNRS:
    L'archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion d'articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, et de thèses, émanant des établissements d'enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.
    http://hal.archives-ouvertes.fr/index.php?halsid=pecj827af0vvfr97kfg5ldh2k3&action_todo=list_portail
    Et cela progresse:
    http://blog.ccsd.cnrs.fr/2013/02/peu-de-webometrie/
    http://blog.ccsd.cnrs.fr/2013/04/la-convention-inter-etablissement-est-signee/
    http://www.ccsd.cnrs.fr/

    Mieux, le CNRS se rapproche de l'université de Cornell (elle même proche de Columbia)
    http://fr.arxiv.org/
    http://library.cornell.edu/

    Bcp Mieux à l'Université de Montréal:
    http://papyrus.bib.umontreal.ca/jspui/
    Un exemple:
    https://papyrus.bib.umontreal.ca/jspui/bitstream/1866/6954/3/Maalaoui_Ibtissem_2011_memoire.pdf

    L'arbitre, si j'ose dire étant donnée la subjectivité pour le "Ranking des Repositories":
    http://repositories.webometrics.info/en/top_Inst

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Les plus gros Imposteurs:
    http://www.imageson.org/document1067.html
    http://www.archivistes.org/Journee-d-etudes-du-groupe-AURORE
    http://www.lagazettedescommunes.com/164112/les-archivistes-en-croisade-contre-lamnesie-numerique/

    Les enfoirés:
    Votre type de cotisation
     18 euros Cotisation étudiant ou demandeur d’emploi sur présentation d’un justificatif (ne pouvant être réglée que par l’adhérent, aucune facture ne sera
    établie pour ce type de cotisation, mais un reçu vous sera adressé)
     42 euros Cotisation personne physique (ne pouvant être réglée que par l’adhérent, aucune facture ne sera établie pour ce type de cotisation, mais un reçu vous sera adressé)
     28 euros Cotisation associé-retraité
    (ne pouvant être réglée que par l’adhérent, aucune facture ne sera établie pour ce type de cotisation, mais un reçu vous sera adressé)
     95 euros Cotisation personne morale (joindre obligatoirement un bon de commande de votre organisme pour ce type de cotisation)

    Leur adresse:
    AURORE c/ o AAF, 9, rue Montcalm, 75018 Paris.
    Téléphone : 01.46.06.39.44.
    Site Internet : http://www.archivistes.org/

    Leur présentation propre sur elle, et qui justifie que vous payez pour accéder à des données publiques, et à la matière grise. Je ne me permettrai pas de recommander quoique cela soit vis à vis de la dite Aurore, à vous d'en tirer vos propres conclusions.

    PRESENTATION DU RESEAU AURORE

    OBJECTIFS ET FONCTIONNEMENT
    Le réseau AURORE a été créé en février 2007. Affilié à l’AAF, il rassemble les Archivistes des Universités et autres établissements d’enseignement supérieur (grands établissements et grandes écoles), des Rectorats, des Organismes de Recherche et du centre dédié aux archives des mouvements étudiants.
    Ses objectifs sont de
    - mettre en réseau les archivistes et personnes en charge d’archives dans les services intégrés, les services de proximité ainsi que dans les différentes structures de l’enseignement supérieur ou en lien avec elles,
    - échanger connaissances et expériences,
    - élaborer des outils de travail et de réflexion collectifs, les diffuser et les promouvoir,
    - contribuer à la professionnalisation de la fonction archives dans les différents secteurs,
    - favoriser le dialogue interprofessionnel entre archivistes ainsi qu’avec les collègues travaillant dans le domaine plus général de l’information,
    - initier des projets de recherche et de coopération avec les chercheurs de toutes disciplines travaillant principalement à partir de fonds d’archives (enquêtes, journées d’études et colloques).

    Equipe d’animation
    Le réseau est coordonné par une équipe d’animation composée de représentants de chaque groupe de travail sectoriel.

    Groupes de travail sectoriels
    Le réseau AURORE est composé de 3 groupes de travail sectoriels : Etablissements d’enseignement supérieur, Rectorats et Organismes de Recherche.

    Leur objectif est de rassembler les membres du réseau évoluant dans un environnement similaire, d’échanger des informations et des expériences, d’initier des projets et des outils de travail pouvant être mutualisés.

    Groupes de travail thématiques
    Des groupes de travail thématique peuvent être constitués ponctuellement pour mener une réflexion, initier des projets et réaliser des outils de travail sur différentes thématiques.

    AURORE c/ o AAF, 9, rue Montcalm, 75018 Paris. Téléphone : 01.46.06.39.44. Site Internet : http://www.archivistes.org/

    ACTIVITES ET TRAVAUX
    La liste de diffusion
    L’ensemble des travaux du réseau AURORE ainsi que l’annuaire de ses membres sont disponibles sur la liste de diffusion.
    Rencontres et journées d’études
    Après une année 2007 consacrée à la mise en place du réseau AURORE, un rythme de rencontre bisannuel a été adopté : en janvier, organisation d’une journée de travail interne (travail en groupes de travail sectoriels et en groupes de travail thématiques); en juin, journée interne suivie d’une journée d’études ouverte.
    La première journée a eu lieu en juillet 2008 à la Sorbonne sur le thème de « la professionnalisation de la fonction archives dans l’enseignement supérieur, la recherche et les rectorats ». La seconde s’est tenue à l’Université de Montpellier I le 12 juin 2009, autour du thème des enjeux de la conservation des archives électroniques.

    Enquêtes et tableaux de gestion
    Plusieurs enquêtes ont été réalisées et concernent les thèmes suivants :
    - le fonctionnement de nos services d’archives,
    - les besoins en formation,
    - les lacunes de la circulaire 2005-03 du 22 février,
    - les applications informatiques (en cours de réalisation).
    Un tableau de gestion sur les archives des ressources humaines a été réalisé par le groupe de travail sectoriel « rectorats ». Pour en savoir plus et / ou joindre l’équipe d’animation : animation-aurore@ac-poitiers.fr
  18. X-B0rd3r Member

    Par ailleurs, après MP avec certains de vous, l'idée de redonner des bases de sécurité IT à jour (Type OpNewBlood) a fait son chemin pour s'intégrer à la rédaction du manuel.

    AMHA:
    achat d'une clé USB, sélection d'une distro avec partition et persistance (Mint ou autre selon les besoins), puis rudiments de configuration *nix.
    Pour les accros aux distros propriétaires, j'aurais besoin de la communauté W2P, et de sa gentillesse / patience.

    Pour tout le reste, Tor, I2P, VPNs, & co, il y a tellement de solutions, rien n'est imposé, mais l'open source sera tjs plus safe qu'une appli propriétaire si on accepte -pour l'instant- ses inconvénients (lenteur).

    EDIT
    Pardon pour le flood, je voulais être rapide, pas nécessairement conçis.

    Le format wiki n'est surement pas le meilleur. Alors il nous faut vulgariser GnuP pour échanger et pondre un fichier facilement editable, quel que soit l'OS. VIM?
  19. X-B0rd3r Member

    Sous quelle forme verrais tu le manuel ?

    Je suis d'accord avec cela, et donc appliquer les "principes" Anons pour décider d'une OP ou pas. L'érratique ou le côté désorganisé dans le processus de décision d'Anon est devenu une norme. Et perso, je trouve que cette norme s'est appliquée IRL de manière homogène et avec un taux de succès non négligeable.[/quote]

    Ici ? Si on monte ce guide, nous aurons tous en tête ou à coeur qqch autour de nous au moment M où le guide sera utile. Si tout va bien, le guide est en soit inutile, et parfaitement utile pour d'autres juridictions politiques qui invalident les conceptes de liberté d'information et de savoir. C'est en soit ce qui me dérange de se limiter au monde francophone[/quote]

    Nous ? C'est déjà fait de mon côté, je n'étais pas censé être impliqué dans #OpLastResort.


    J'ai fait ce que j'ai pu regardes mes derniers posts cher Admin. ROFL
  20. X-B0rd3r Member

    Je vous ai saoulé avec les recherches sur les universités & lieux de savoir ?
  21. Menthe Moderator

    Personnellement, je pense que mettre en ligne deux formats serait le plus utile et efficace :
    - DOC ou ODT (même si j'aime beaucoup plus Word que les Libre Office pour leur qualité de rendu) pour être modifiable par ceux qui le désirent
    - PDF : pour que ça soit facile à imprimer tel quel

    Le problème c'est que juridiquement, d'un pays à l'autre, bonne chance pour accorder les violons de ce qui serait placé dans le guide. Donner des ordres d'idées généraux (sans tomber dans le baratin) de ce qui "devrait être" ça serait pas si mal. Même si en fait, chacun a un avis et dire "Anonymous vous fourni un super manuel" avec plein d'avis subjectifs à l'intérieur, ça la fout mal.

    :D
    Pas saoulés, mais c'est de l'information brute que nous (en tout cas moi) n'avons pas souvent l'occasion de manipuler, je ne vois pas trop comment utiliser ça dans le guide, à proprement parler.
    J'aurais davantage pensé à définir des limites et des domaines (un plan, en somme) à suivre pour remplir le guide avant d'aller à la pèche aux informations !
  22. Trolldoys Member

    je plussoie Menthe, le pavé est un ti peu indigeste :D

    Si on veut toucher le maximum de personnes on doit pouvoir le lire facilement.
  23. X-B0rd3r Member

    Ok, vu pour le format partons sur Xpdf si personne ne voit d'objection.
    Rester dans des principes généraux et génériques, ok.
    Compris. C'était en fait un (trop long) état des lieux pour cibler les archives utilisables et open source. En résumé:
    - toutes les universités et lieux d'apprentissage ne contribuent pas en ligne
    - seul le CNRS publie massivement et tente même l'ouverture à l'international.
    - Aurore fait payer et doit être considéré comme une entrave à l'accès à la connaissance
    - Ce site est une bonne source: http://repositories.webometrics.info/en/top_Inst
  24. Si il y a des chapitres sur le harcèlement, la vie privée, la propagande noire, les bras cassés .... je veux bien contribuer ; j'ai reçu des leçons particulières, ces dernières années. (ils m'ont pris pour un de leurs employés. Même pas mal)
  25. X-B0rd3r Member

    Désolé de l'apprendre.
    Il y aura ce que les Anons veulent mettre dedans, pour l'instant on réfléchit à la trame du manuel, AMHA la vie privée y sera nécessairement présente afin de sécuriser un maximum ses connections, son anonymat IRL et sur le net.
  26. Trolldoys Member

    ça va demander de l'implication de chacun dans son domaine de compétence et ou dans un domaine qui le passionne. je soumet l'idée de se regrouper par domaine.
    Je rappelle aussi que le but de ce "manuel" est destiné à toucher votre voisine, votre copain, votre femme enfin bref il faut que ça reste accessible au plus grand nombre AMHA.
  27. X-B0rd3r Member

    L'idée de base s'oriente avec ma subjectivité et vos avis sur:

    1- Rester Anon sur internet et IRL. Tuto ?
    2- Donner son Avis et ses conseils à Anons quitte à s"exposer à la (vive) critique.
    3- Trouver et diffuser les canaux de savoir locaux, et les mettre en connexion avec les diffusions existantes.
    4- Faciliter la diffusion avec les centres de connaissances ouverts
    5- Diffuser le nom et les motivations des volontaires dans cette diffusion.
    6- Faire qu'Anon soit Anon, dispacher au delà des problèmes de langues.

    Être efficaces: pensez à tout sauf à vous. Vous vous battez pour une masse, pas pour une logique simple, ou une conception d'Anonymous.
    N'oubliez pas qu'en support, la plus grande communauté de *.nux user est votre force de frappe. C'est à dire la plus puissante du monde. (pour utilisateur windaub, lol).
  28. Pas de quoi être désolé ; c'est juste illustratif de l'intérêt d'être anonyme sur le net. Cela n'a aucune autre prétention.
  29. Menthe Moderator

    Bonne liste !

    Quelques détails de pure forme aussi :
    - On s'adresse au lecteur d'un point de vue Anon ou d'un point de vue neutre ?
    - Approche surtout pratique (tutoriels + illustrations pratiques) ou surtout théorique (surtout du texte et des concepts à intégrer) ?
    - Approche neutre et formelle ou subjective (et accessoirement dans un style grammatical pas forcément des plus austères, voyez ?) ?

    -------------------------------------------
    Je viens de regarder un reportage d'Arte qui commence à dater de quelques semaines sur (en partie) le recensement et la diffusion de l'Information en général, basé sur le projet Google Books qui voulait numériser tous les écrits du monde, copyrightés ou non, pour les mettre à disposition sur le net.
    Deux problèmes principaux (le reportage tourne un peu autour du pot finalement, il n'est pas très intéressant de ce point de vue là) :
    - Privatisation de ce qui est censé être donné publiquement (à savoir : l'enfer est pavé de bonnes intentions : Google est une entreprise, pas une oeuvre de charité)
    - Propriété intellectuelle qui met un barrage à la diffusion sans limite
    Deuxième problème qui occasionne l'éternelle confrontation :
    1. Le savoir c'est pour tout le monde, et de toute façon tout le monde s'inspire d'un savoir déjà existant pour en produire un nouveau : alors d'une certaine manière, on copie sur toutes les oeuvres à un certain degré pour produire la sienne, donc donner une "propriété intellectuelle" à sa création est une absurdité.
    2. La propriété intellectuelle a une raison d'être; quand on crée soit même, ça nous appartient et on a droit à une rétribution pour son labeur.
    Confrontation à laquelle j'ai pour réponse personnelle : Nouvelle création = Inspirations d'autres créations + valeur ajoutée. Et c'est cette valeur ajoutée que l'on paye quand on achète un bouquin ou un CD de musique.
    Alors la diffusion sans limite de savoirs, quasiment tous copyrightés (je parle de pourcentage), légitimement mais pas forcément tout à fait légalement, a sa place dans un tel guide, je pense.
    Excellente source pour comprendre et se faire son idée sur le sujet, sous forme de BD : http://www.hardabud.com/alabordage/ (le début parait simpliste mais il faut continuer à lire)

    -------------------------------------------
    Bref, m'est avis que réaliser des tutoriels simples, illustrés, avec une vraie portée technique et des résultats probants seraient le plus encourageant et utile ! :)
    Épineux. Difficile de se restreindre facilement au cadre d'un guide. Ca donnerait presque envie de trouver des façons d'encourager vraiment des institutions ou des universités de niveau supérieur à promouvoir elles mêmes (ou au moins donner libre accès) à leurs données.
    A savoir que tout ce qui reste institution privée s'en préservera, évidemment...
    Je m'éparpille. Définir des limites le plus tôt possible serait de bon ton finalement :D
    • Like Like x 2
  30. X-B0rd3r Member

    Top, ta réponse est top. On est en plein dans l'idée que je me faisais de la chose. Et oui, je pense que le manuel devra être soumis à certains responsables type cnrs, qui essaient d'ouvrir la boîte de Pandore, dans le but de fluidifier les rapports entre les institutions dignes.
    Bref, ta réponse éttayée mérite une réponse approfondie, pas une bribe comme la mienne.
    On va créer un MP d ici peu, merci bcp Menthe, c'est cool.

    EDIT
    j'avais zappé le communiqué mais dans l'esprit j'aime bien, c'est à la fois respectueux et guerrier:
    http://pastebin.com/62HydFgF
    Communiqué d'Antisec

    Parmi les sources dont on peut s'inspirer, j'ai pensé à cela (dîtes moi si vous estimez que c'est orienté au niveau politique, en ce cas on oublie)
    http://surveillance.rsf.org/
    et la source:
    http://fr.rsf.org/
    • Like Like x 2
  31. Meta Member

    Bonsoir Anon,

    l'Op que vous avez monté sur le sujet continue d'être live: Source
    Last Resort is following u.
    _________________________________________________________________________________
    SecureDrop – Le dernier projet d’Aaron Swartz voit enfin le jour

    6
    aaron.jpg
    Avant de mourir, le regretté Aaron Swartz travaillait sur un projet (En python) dont le but est de permettre aux lanceurs d'alertes (Whistleblowers) tels que Snowden, d'envoyer des documents un peu "chauds" aux médias sans mettre en péril leur sécurité. Et surtout sans se faire griller par les grandes oreilles de la NSA.
    Aaron bossait sur ce code avec Kevin Poulsen (Wired) et après sa disparition, c'est la FPF (Free Press Foundation) qui a repris le flambeau avec l'aide de James Dolan, rebaptisant le projet initial Deaddrop en projet SecureDrop. (je pense pour éviter les jeux de mots foireux avec le terme "dead"... bref...)
    La bonne nouvelle, c'est que la version 0.1 de SecureDrop est maintenant disponible ici. Les organisations visées par SecureDrop sont avant tous les médias qui ont besoin de collecter ce genre d'infos afin de mener leurs enquêtes d'investigation. Je vous avoue que je l'aurai bien installé pour tester et vous permettre de m'envoyer vos plus grands secrets, mais n'étant pas journaliste et par conséquent, ne pouvant pas protéger de sources, je dois m'abstenir. D'ailleurs en général, je reçois des emails avec des méga faille dans de grands sites ou des leaks hallucinants, mais je dois me mordre la lèvre et répondre à celui qui mes les envoie que je ne peux rien publier sans que lui comme moi, ayons des ennuis. Et je parle en connaissance de cause. C'est con hein ?
    Enfin, même en France, entre les fadettes, les écoutes téléphoniques, les perquisitions sauvages, les gardes à vue et tout ce qu'on ne sait pas qui implique des journalistes, il faut se rendre à l'évidence que même ce statut ne protège pas vraiment les sources.
    Alors maintenant, comment ça fonctionne ?
    Et bien pour le whistleblower (celui qui envoie), il faudra passer par TOR et se connecter au site .onion SecureDrop du média de son choix. Il pourra alors envoyer un fichier et laisser un message au journaliste. Pour consulter les réponses à ses messages, le service lui fournira une clé unique qu'il devra mémoriser (ou noter). Les fichiers seront bien évidemment chiffrés avec une clé PGP donnée par le journaliste lors de la mise en place du SecureDrop.
    À partir de là, le journaliste se connecte lui sur son compte SecureDrop (aussi via TOR) et peut alors voir les messages et fichiers reçus. Il peut répondre aux messages sans jamais connaitre l'identité de celui qui lui a envoyé et surtout il peut télécharger la pièce jointe chiffrée, la copier sur une clé USB puis booter un second ordinateur (de préférence non connecté au net) avec une distrib Tails (distribution Linux sécurisée) pour enfin déchiffrer les documents avec sa clé. Utiliser le live CD Tails permet d'éviter qu'un malware ne s'installe durablement sur le poste en question.
    Une fois le document lisible, il est recommandé de le passer à la moulinette MAT (Metadata Anonymization Toolkit) afin d'anonymiser les documents, mais aussi de traiter manuellement ces fichiers reçu afin qu'aucune information ne permettant de retrouver le lanceur d'alerte ne sorte de cet ordinateur. Une fois les documents nettoyés, le journaliste peut alors les copier sur une nouvelle clé USB en les chiffrant à nouveau, puis en les supprimant de manière sécurisée du poste pour enfin les copier sur son ordinateur de travail normal afin de faire son boulot d'enquête. Ouf !
    Ainsi en segmentant les étapes de cette façon, il est possible de correctement protéger sa source. Évidemment, vous vous en doutez, tout peut se poutrer mais dans une certaine mesure, c'est plutôt très bien pensé et sécurisé. D'ailleurs, pour ceux qui s'inquièteraient d'une éventuelle faille de sécurité sur SecureDrop, sachez que le célèbre chercheur en sécurité Bruce Schneier et une équipe de chercheur de l'Université de Washington ont mené un audit sur le code.
    L'outil est bien évidemment open source et disponible sur Github.
    Maintenant, les lanceurs d'alerte feront-ils assez confiance aux journalistes pour le nettoyage ? Et j'espère surtout que le source dispo sur Github sera analysé régulièrement pour éviter que la NSA n'y dépose une petite backdoor....
    Je me demande qui seront les premiers grands médias à proposer SecureBox en nouveauté ou en remplacement de leur Deadrop habituelle...
    Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :
    • Like Like x 3
  32. Roger.Guy Member

    Je n'oublie pas : nous ne sommes pas légion, même en nous souvenant et n'oubliant pas (c'est aussi l'intérêt des commémorations ; ceux qui n'y étaient pas ne peuvent se souvenir, par contre n'oublient pas ex ; la 1ère guerre mondiale, etc ...)

    C'est fini le temps des comptes multiples (pas les comptes facebook zombies, bien sûr ; nous sommes un certain nombre à avoir fait les 2)
    C'est con, je m'étais cassé le derche pour trouver l'avatar :(
    ___________________________

    Sinon, pour rester dans le sujet du thread, pour résister à ce qu'il y a de pire dans " l'air du temps " , un peu de savoir ne fait pas de mal, non?
    J'ai un peu appris de ce livre, je crois, du moins je l'espère (c'est bien aussi le support papier ;)), peut-être intéressera t-il certains :

  33. Psybo Member

    Bonjour Anons,
    Puis-je savoir ou e. Est le projet? Avez -vous déjà posé une esquisse du manuel. Un truc 1.0 ?

    Désolé de souffler la poussière sur ce post. Je suis un jeune padawan en la matière qui cherche simplement à rentrer dans les ordres...
  34. Roger.Guy Member

    C'était un projet de travail collectif qui s'est réalisé durant l'été 2013.

    Il est présenté sous la forme de la section ''Tutoriels''


    Édit
    C'est année le thème c'était : ''Comment opérer des virements colossaux à partir des comptes de la banque de France''
    Il sera publié lorsque nous aurons tous obtenu l'asile politique en Russie
    (Op Vengeons l'affront des Mistral)
    Les services Français sont sur les dents, c'est pour cela qu'il faut prendre un air naturel dans la rue
    • Like Like x 1
  35. Psybo Member

    Je suis entrain de lire, de lire, et de lire... J'ai beaucoup de travail théorique avant la pratique...
  36. https://www.lemonde.fr/blog/bugbrot...wden-a-son-autobiographie-vive-tails-aussi-3/

    Avec du recul, à froid donc .... vous comprenez mieux ?

Share This Page

Customize Theme Colors

Close

Choose a color via Color picker or click the predefined style names!

Primary Color :

Secondary Color :
Predefined Skins