Customize

Salò ou les 120 Journées de Sodome

Discussion in 'France' started by M1ch@el, Jul 11, 2022.

  1. M1ch@el Member

    Au cap d'Agde, il n'y a pas qu'une antenne de la dgse avec des agents travaillant dur, et oeuvrant pour l'interet de notre nation et de ses citoyens. Il y a egalement des plages et des clubs libertins, et des pedophiles, adeptes du sado-masochisme, comme Pascal Pessiot, pour qui, Eric Woerth, alors ministre du budget en 2010, etait intervenu en sa faveur lors de son redressement fiscal.

    [IMG]


    L’ancien patron de casino et maître de soirées orgiaques au Cap d’Agde, jugé pour pédophilie

    Libertin bien connu au Cap d’Agde, Pascal Pessiot est accusé de viols et d’agressions sexuelles sur plusieurs fillettes de son entourage et détention d’images pédopornographiques. Il lui est également reproché d’avoir exposé ses enfants à un univers sexualisé, de même que son épouse et l’amant de celle-ci.

    https://www.leparisien.fr/faits-div...lie-13-09-2022-WJPY7F76ONBKLPBHR4WA7LGI4Q.php

  2. M1ch@el Member

    Pédocriminalité: l’église orthodoxe promet une enquête interne sur le monastère Saint-Nicolas de la Dalmerie

    Après l’enquête de «Libération» sur des faits de pédocriminalité, le métropolite Dimitrios, chef de l’église orthodoxe en France, s’est engagé vendredi à diligenter sans délai une enquête sur ce monastère, «son passé et son présent».

    Après la publication de l’enquête de Libération sur des faits de pédocriminalité dans le monastère Saint-Nicolas de la Dalmerie, dans l’Hérault, la métropole grecque-orthodoxe de France, l’autorité religieuse de l’église orthodoxe, a réagi ce vendredi dans un communiqué. «A lire cet article et à prendre connaissance des informations qu’il relate, leur prise de parole ressort fondée et, en dépit de l’abyssale tragédie qu’elle représente, nous la jugeons salutaire pour la recherche et l’établissement de la vérité.»

    Les faits remontent à la fin des années 70. Durant trois étés, entre 1978 et 1980, trois frères disent avoir été violés, de façon répétée, dans le monastère orthodoxe de Saint-Nicolas, à la Dalmerie, dans le département de l’Hérault. La première fois, ils avaient respectivement 8, 10 et 12 ans. Dans leur témoignage, précis et circonstancié que Libération a recueilli, ils accusent deux moines, morts aujourd’hui. Le chef actuel des lieux, Gabriel Aubert, «les croit», les faits étant, dit-il, «vraisemblables».

    Ce vendredi, le métropolite Dimitrios, chef de l’église orthodoxe en France, exprime dans son communiqué «son profond effroi» et sa «grande tristesse» devant «le manque de vigilance dont purent alors bénéficier ces pédocriminels». Il s’engage à diligenter «sans délai» une enquête sur ce monastère et «demeurer «attentif à tout nouveau cas qui pourrait se révéler dans ce cadre».

    https://www.liberation.fr/societe/p...dalmerie-20220916_5FQ2CYMNHVEDRMMLHHQ5GADRKI/
  3. M1ch@el Member

    Pédopornographie : un an de prison ferme pour Jérémie Ladreit de Lacharrière

    Le fils de l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière a été condamné à un an de prison ferme pour détention de 3 865 fichiers mettant en scène des enfants âgés de 4 ans à 14 ans.

    Jérémie Ladreit de Lacharrière a été condamné jeudi à une peine d’un an de prison ferme, aménagée avec un bracelet électronique et une obligation de suivre des soins par le tribunal correctionnel de Paris. Entre les mois de juin 2020 et février 2021, l’homme de 44 ans a téléchargé des milliers d’images pédophiles dans sa maison du XVe arrondissement.

    Le fils de l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière a tenté de s’expliquer dans le box de la salle d’audience, selon « Le Parisien ». « Je souffre d’une addiction aux écrans et je suis éphébophile. J’aime regarder les corps dénudés de jeunes filles âgées de 11 ou 12 ans », a-t-il tenté de se justifier.

    [IMG]
    Son épouse le dénonce

    Fin 2021, l’homme est condamné pour des faits similaires. Ce qui lui vaut l’interdiction de travailler au contact de la jeunesse. En janvier 2022, sa femme, ses deux enfants et lui, fuient le scandale et se réfugient à Marrakech. Jérémie passe beaucoup de temps sur les écrans, encore plus avec le confinement. Un jour, sa femme le surprend en train de visionner des vidéos. De peur pour ses enfants, elle copie les fichiers informatiques, soit 3 865 fichiers d’enfants, âgés de 4 ans à 14 ans, dénudés et violés, pour les donner à la justice.

    https://www.sudouest.fr/faits-diver...ur-jeremie-ladreit-de-lacharriere-9168134.php

    [IMG]
  4. Affaire de Villiers : le fils maudit - Le Point
    Affaire de Villiers : le fils maudit

    La Cour de cassation s'est donné jusqu'au 11 mars pour mettre un terme à la saga judiciaire qui oppose Laurent et Guillaume, les deux fils de Philippe de Villiers.

    par-2380629-jpg_2048248_660x287.JPG
    Si la justice française accepte le pourvoi de Laurent de Villiers, il reviendrait alors à une nouvelle chambre de l'instruction de se prononcer une nouvelle fois sur le renvoi de son frère devant la justice.© FRED DUFOUR / AFP
    Par Jamila Aridj
    Publié le 28/01/2014 à 06h02

    "On ne touche pas au sang, surtout chez les aristocrates." Laurent de Villiers le dit avec amertume, lui qui a brisé ce "tabou" en déposant une plainte pour viol contre son frère aîné Guillaume. C'était il y a sept ans devant la brigade des mineurs de Paris, où il a débarqué avec dans les mains un mail de son frère disant : "Ce que tu as subi par moi est grave." Mardi, c'était encore cette longue missive qui alimentait les débats devant la chambre criminelle de la Cour de cassation, qui examinait le nouveau pourvoi de Laurent contre le non-lieu dont a bénéficié son frère en octobre 2012. L'un des derniers recours pour le plus jeune fils de l'homme politique Philippe de Villiers.
    Clôture définitive du dossier ou énième rebondissement, la Cour de cassation s'est donné mardi jusqu'au 11 mars pour statuer sur ce nouveau pourvoi de Laurent de Villiers. En préconisant le rejet du pourvoi, l'avocat général Xavier Salvat a prôné de mettre un terme à cette affaire qui oppose deux fils du député européen Philippe de Villiers. Mais la Cour de cassation, qui ne juge pas du fond du dossier mais de l'application de la loi par les précédents juges, n'est pas tenue de suivre l'avis du magistrat.
    Les faits remontent à l'enfance, dans la maison familiale des Herbiers, en Vendée. Dans Tais-toi et pardonne*, Laurent raconte ses dix ans et les samedis après-midi passés dans la chambre de Guillaume. "Nous entrons dans la chambre, il est doux, me dit qu'il va m'expliquer plein de choses indispensables, très importantes. Comme le sexe (...). Je ne comprends pas grand-chose (...). Il me dit que nous jouons, mais qu'il ne faut pas en parler." Les petits jeux sexuels deviennent de plus en plus violents. Pendant des années, l'enfant devenu adolescent se mure dans le silence, emprisonné par la "domination psychologique" exercée par l'aîné. Bien des années plus tard, il décide d'en parler à sa mère qui lui répond, résignée : "Ça arrive dans toutes les familles." Quant à son père, il botte en touche : "Cette histoire ne me regarde pas. C'est votre problème." C'est son épouse, rencontrée aux États-Unis, qui le pousse à saisir la justice.

    1. 1
    2. 2
    • SOCIÉTÉ
    Je m'abonne

    Tous
  5. BILLET DE BLOG 30 DÉC. 2019
    Si seulement Matzneff était le seul problème

    Le scandale autour de faits anciens et connus à propos de l'écrivain pédophile Gabriel Matzneff risque de nous faire passer à côté du réel problème dont cette personne n'est qu'un petit révélateur. 3 à 6% des enfants sont victimes d'agression sexuelle ou de viol. Le phénomène est donc systémique et il faut le considérer comme tel.
    Signalez ce contenu à notre équipe
    [IMG]
    patricJEAN
    Auteur réalisateur (la Domination masculine, La Raison du plus fort). Dernier livre (ed du Rocher) "La loi des pères" www.patricjean.net
    Abonné·e de Mediapart
    Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.
    Lire plus tard Imprimer

    Depuis quelques jours, la parution prochaine du témoignage d'une victime de Gabriel Matzneff provoque un scandale très surprenant en France. En effet, tout ce qui est aujourd'hui révélé est connu et documenté depuis les années 1970. Je consacre un chapitre entier à cette époque dans mon livre "La loi des Pères" (parution le 22 janvier) sans avoir eu besoin de mener de longues recherches puisque des associations et professionnels de la protection de l'enfance dénoncent partout ces faits depuis quatre décennies.
    Mais la situation actuelle ne doit pas nous laisser croire que quelques agresseurs d'enfants représentent à eux seuls l'ensemble du problème. Car si l'on estime que 3 à 6% des enfants subissent une agression sexuelle ou un viol avant la fin de leur adolescence, il devient nécessaire de considérer autrement toute notre organisation sociale puisqu'elle permet une telle violence sans provoquer la moindre réaction. La grande majorité de ces crimes et délits sont commis dans le cercle familial et 70% des plaintes sont classées sans suite. Pire encore, des théories issues d'auteurs pro-pédophiles américains ont pollué le système judiciaire, portées par des associations dites "de pères". Ainsi le "Syndrome d'Aliénation Parentale" (SAP) permet d'affirmer qu'un signalement d'agression d'un enfant par un homme de sa famille est très probablement un fantasme qui lui a été "implanté" par sa mère. Dans des milliers de dossiers, c'est donc la mère qui est remise en cause par la justice, parfois menacée de prison si elle persiste dans ses accusations, et souvent écartée de l'enfant que l'on remet à la garde de son agresseur présumé. Le tout sans enquête digne de ce nom. Parfois sans enquête du tout.
    Des "experts" qui se targuent d'enseigner à l'Ecole Nationale de la Magistrature propagent ces théories. Tel le très médiatique Paul Bensussan qui peut prendre la parole dans un procès sans avoir rencontré les victimes. Tel Hubert Van Gijseghem qui tente en permanence de démontrer que les accusations d'agressions d'enfants (parfois signalées par cinq professionnels) ne sont que des inventions. Ces gens-là donnent partout des conférences. Ils enseignent, ils forment des professionnels. Et leur idéologie finit par porter ses fruits. Comme je le démontre dans le livre, cinq propositions de lois ont été discutées à l'assemblée nationale en France pour inscrire dans la législation ces théories dont le but évident est de faire taire les victimes.
    Les associations "de pères" que l'on a vu en haut de nombreuses grues françaises dès 2013, soutenues activement par bon nombre de médias, propagent l'idée que les hommes sont victimes devant la justice et que les mères passent leur temps à inventer des agressions sexuelles qui n'existent pas. Tout cela sans évidemment expliquer pourquoi les 3 à 6% d'enfants victimes restent invisibles pour la justice. Ni comment, alors que le nombre de plaintes augmente, le nombre de condamnations ne cesse de diminuer.
    Pendant ce temps, des médecins, pédopsys ou autres professionnels de l'enfance qui signalent des situations inquiétantes où un enfant a sans doute été violé finissent eux-mêmes par être accusés devant la justice ou face à l'ordre des médecins. Au point que la plupart d'entre eux préfèrent aujourd'hui ne plus signaler, la loi ne les protégeant de rien. Certains cas exemplaires font état d'enfants de moins de dix ans qui ont passé plusieurs jours à l'hôpital après un viol, qui présentent des lésions importantes et des troubles psychologiques graves mais dont la justice finit par dire qu'il ne s'est rien passé, remettant la victime à l'agresseur et laissant l'Ordre des médecins s'en prendre à ceux qui ont fait les premiers signalements. Van Gijseghem va jusqu'à dire que dans un tel cas, l'enfant peut s'être blessé lui-même...
    Pour en revenir à Matzneff, celui-ci nous rappelle une époque où le journal Libération pouvait produire un tel dessin (ici partiellement masqué)
    [IMG]
    Polanski, dont il a aussi beaucoup été question récemment, violait une fille de treize ans en 1977, au même moment où Libération qui le défendit ensuite, donnait la parole à un pédocriminel vantant les bienfaits de la pédophilie sur une page entière. Le quotidien est allé jusqu'à héberger une association de défense des pédophiles à son adresse. Les pétitions rédigées par Matzneff étaient alors signées par tous les intellectuels de l'époque tels Beauvoir, Sartre, Barthes ainsi que par les seconds couteaux du type Pascal Bruckner, Bernard Kouchner, Jack Lang...
    C'est donc toute une culture de la violence sexuelle faite aux enfants qui traverse toutes les classes sociales, tous les milieux, de la gauche à l'extrême droite, toutes les religions, qui s'offre à notre regard. La "loi des Pères" est celle de la propriété du corps des femmes et des enfants par le père de famille, représentant en bas de l'échelle sociale, le "père de la nation" en étant le sommet. Avec entre les deux le père symbolique, patron veillant sur ses employés comme sur ses enfants, que l'idéologie du "paternalisme" nous a si bien vendu, le "père spirituel", l'abbé (papa en araméen) que l'on appelle "mon père". Tous dont le pouvoir s'inscrit dans un territoire délimité par des frontières que l'on nomme "la patrie", littéralement la "terre des pères" (fatherland).
    Il est temps d'ouvrir les yeux sur le fait que toute notre organisation sociale est fondée sur des hiérarchies violentes où les femmes (on commence à le découvrir) mais aussi les enfants sont les perdants permanents. Ces derniers n'ont même pas la possibilité de résister, de manifester ou de pétitionner.
    Ils souffrent en silence.
    "La loi des Pères" éditions du Rocher, parution le 22 janvier 2020. Premières pages à lire ici
    [IMG]
    Recommandé (14)

    12 commentaires
    Le Club est l’espace de libre expression des abonné·e·s de Mediapart
    [IMG]
    Ve
    En savoir plus
  6. [COLOR=rgba(0, 0, 0, 0.54)][COLOR=rgba(0, 0, 0, 0.54)]août 09, 2019[/COLOR]
    L'ATTRAIT PÉDOPHILE TRÈS PRONONCÉ DE CERTAINES ÉLITES...


    « Le poisson pourrit toujours par la tête. » Proverbe chinois
    « La France est l'eldorado des pédophiles. » Marie Grimaud, avocate pénaliste de l'association Innocence en danger
    « Il vaut mieux violer un enfant que de dealer ses grammes de shit dans la rue. La sanction est beaucoup plus lourde pour le dealer que pour celui qui viole un enfant. C'est une réalité, il est temps de l'affronter et peut-être que nous aurons moins de drames comme celui d'Angélique. » Marie Grimaud
    Force est de constater qu'il existe une tendance de fond concernant la pédophilie chez les élites, qui semble tout simplement endémique dans certains milieux germanopratins de la politique et du showbiz. Ces gens qui, comble de l'audace, non-content d'avoir de telles mœurs, complètement dissolues, abjectes et décadentes, n'hésitent jamais à s'ériger en autorité morale supérieure, pour faire la leçon au populo ! Ces gens-là, donnent vraiment la nausée… Parmi eux, on peut compter, Daniel Cohn-Bendit, Frédéric Mitterrand, Jack Lang, Michel Polac, Gabriel Matzneff, dont voici quelques citations sans la moindre ambiguïté, car ces gens-là, forts d'un sentiment d'impunité totale, ne se cachent même pas de leurs turpitudes. Certains en viennent même à l'écrire noir sur blanc dans des livres, ou à en parler librement et ouvertement sur des plateaux de télévision.

    On peut ainsi retrouver des extraits vidéos d'archive de Daniel Cohn-Bendit, parlant avec enthousiasme, de ses expériences dans des crèches alternatives en Allemagne, où il pratiquait une forme de pédagogie assez particulière avec les enfants : « Il m'était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : "Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m'avez-vous choisi, moi, et pas d'autres gosses ?" Mais s'ils insistaient, je les caressais quand même. » On ne peut qu'être saisi de stupeur, d'effroi et d'un profond dégoût en visionnant cette séquence d'aveux filmés et publics de Dany Le rouge, que le plateau d'une vieille émission littéraire d'Apostrophes. Loin de se scandaliser de telles déclarations, et c'est encore bien là le plus choquant de toute cette affaire, cet aréopage d'intellectuels, fait preuve d'une extrême complaisance vis-à-vis de Cohn-Bendit. Ils semblent même goûter ces propos, pourtant parfaitement abjectes. Certains sont tout bonnement hilares, ce qui en dit très long, sur le réel degré de pourrissement de ces soi-disant élites culturelles et intellectuelles ! Autre infâme déclaration de Cohn-Bendit, toujours dans Apostrophe : « Quand une petite fille de 5 ans commence à vous déshabiller, c'est fantastique. C'est fantastique, parce que c'est un jeu absolument érotico-maniaque. »
    Dans le domaine, Jack Lang n'est pas non plus en reste avec cette déclaration : « La sexualité puérile est encore un continent interdit, aux découvreurs du XXIe siècle d'en aborder les rivages. » L'ancien ministre de la Culture, est aussi nommément accusé, sur l'honneur, de pédocriminalité, dans un discours prononcé en 1998 par un certain Roger Holeindre, un ancien membre du FN (ce qui ne retire d'ailleurs rien à la véracité des faits rapportés, car la sincérité, le dégoût et la colère bien légitimes de Holeindre sonnent très justes) d'être directement impliqué dans l'affaire du Coral, où l'on a retrouvé un gamin mort sodomisé et croupissant dans un saut de merde ! Jack Lang n'a jamais engagé la moindre poursuite contre ces accusations publiques d'une extrême gravité, ce qui leur confère une forte crédibilité. Cette affaire des « ballets bleus du Coral » est une sordide affaire d'abus sexuels sur mineurs qui s'est déroulée dans un lieu de vie éducatif alternatif fondé par des éducateurs soixante-huitard anticonformistes. « Parce qu'il y a encore 10 ans, hein, il existait une morale... Comme tout est parti à vau-l'eau, on arrive aujourd'hui à ce que l'on prostitue des gamines de 3, 4, 5, 6 ans. Une région du monde qui permet ce genre de choses, est condamnée à mort tôt ou tard et ça aussi, il faudra bien l’arrêter. Mais, ne croyez pas que je sois axé principalement là dessus, mais je trouve que c'est une des choses les plus dégueulasses. Monsieur Jack Lang qui prétendait être candidat à la présidence de la République, que l'on m’arrête à la sortie si ce que je dis n'est pas vrai, a été compromis dans l'affaire des lieux de vie, et dans un lieu de vie tenu par des socialistes qui s’appelait le Coral. Et là, des gamins étaient prostitués à des gens comme Jack Lang et un gosse a été trouvé mort !Sodomisé, la tête dans un seau de merde ! Que l'on m'arrête à la sortie si cela n'est pas vrai ! »
    Poursuivons notre tournée des ordures, avec cette fameuse citation, tirée du livre autobiographique "La mauvaise vie" de Frédéric Mitterrand,qui semble tout particulièrement affectionner le tourisme sexuel en Thaïlande : « Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m'excitent énormément. La lumière est moche, la musique tape sur les nerfs, les shows sont sinistres et on pourrait juger qu'un tel spectacle, abominable d'un point de vue moral, est aussi d'une vulgarité repoussante. Mais il me plaît au-delà du raisonnable. La profusion de garçons très attrayants, et immédiatement disponibles, me met dans un état de désir que je n'ai plus besoin de refréner ou d'occulter. L'argent et le sexe, je suis au cœur de mon système. »
    Dans une émission, "93 Faubourg Saint-Honoré" de Thierry Ardisson sur Paris Première, Frédéric Mitterrand récidive avec une blague très douteuse, en affirmant que les rapports sexuels,« au-dessus de 14 ans, c'était dégueulasse ! »On ne peut légitimement que craindre le pire pour ces deux fils tunisiens, Saïd et Jihed, issus de la même fratrie, qu'il a réussi à adopter sans la moindre difficulté, alors que c'est absolument proscrit par la loi Tunisienne, le pays d'origine des deux garçons et malgré la teneur de ses écrits et ses confessions... La loi locale stipule pourtant que pour pouvoir adopter, il faut être un couple marié, obligatoirement musulman, ayant un écart d'âge de 15 ans au minimum avec l’enfant. Pour finir, l'enfant doit aussi être légalement abandonné, ou tout simplement orphelin. Ces deux adoptions de la part de Frédéric Mitterrand, ne répondant à strictement aucuns de ces critères, elle ne peuvent être que le fruit d'une corruption avec la junte en place ! Comme quoi l'argent permet de tout acheter en ce bas monde…
    Évoquons maintenant le cas du cinéaste Roman Polanski, aux prises avec la justice américaine et qui avait été contraint de prendre la fuite des États-Unis pour se soustraire à la justice du pays. Il est coupable d'avoir drogué et sodomisé une adolescente de 13 ans en 1977 dans la demeure de l'acteur Jack Nicholson. Lorsque cette sordide affaire est remontée à la surface médiatique, il fut vigoureusement défendu par toute l'intelligentsia germanopratine parisianiste, Bernard-Henri Lévy et Frédéric Mitterrand en tête. Le cinéaste n'aime pas trop que l'on évoque ce sulfureux passé comme on peut le voir lors d'une interview avec Léa Salamé où il n'hésite pas à menacer à demi-mots cette dernière lorsqu'elle évoque cette question.
    Il en fut de même pour le réalisateur New-yorkais Woody Allen, qui a épousé Soon-Yi, la propre fille adoptive de son ex-femme, Mia Farrow. Le cinéaste est aussi accusé d'attouchements par Dylan Farrow, une autre de ses filles adoptives, alors qu'elle était âgée de 7 ans. Encore une fois, c'est Jack Lang qui est monté au créneau pour défendre bec et ongles Allen, ce qui doit s'en doute en dire long sur ses propres turpitudes…
    En outre, dans leur livre "Le nouveau désordre amoureux", des philosophes comme Pascal Bruckner ou Alain Finkielkraut écrivaient à propos de la pédophilie que c'était : « Une fantaisie sexuelle qu'on devrait pouvoir s'autoriser. »
    Gabriel Matzneff quant à lui, déclamait cette véritable ode à la pédophilie : « coucher avec un ou une enfant c'est une expérience hiérophanique, une épreuve baptismale, une aventure sacrée. Le chant de la conscience s'élargit, les remparts flamboyant du monde (Lucrèce) reculent. » Quant à Michel Polac, Daniela Lumbroso a révélé dans son journal N°147 cet extrait « Oui, j’ai vécu cela à 14 ans avec I. J’ai défailli comme on disait au XVIIIe siècle, rien qu’en frôlant son ventre nu avec mon ventre. De même avec un autre I. à 28 ans, il avait 18 ans environ, mais ce fut moins foudroyant, car je l’avais pris pour un tapin : et enfin à 40 ans, avec ce curieux gamin un peu bizarre, sauvage, farouche, un rien demeuré, fils de paysan, orphelin peut-être, qui devait avoir 10, 11 ans, peut-être moins, et qui m’a si étrangement provoqué jusqu’à se coucher nu dans ma chambre d’hôtel en me racontant une obscure histoire de relation sexuelle avec un homme de son entourage et je me suis rapproché de lui, et il était nu sur le côté, et j’ai seulement baissé mon pantalon et ai collé mon ventre contre son cul, et j’ai déchargé aussitôt, en une seconde, dans un éblouissement terrible, et il a eu un petit rire surpris comme s’il s’attendait à ce que je le pénètre, il paraissait si expérimenté, si précocement instruit, tout en ignorant ce que cela signifiait, tout en étant capable de préciser ce qu’il savait ou voulait. »
    Mais ce n'est pas tout, on a aussi vu Elisabeth Badinter dans son ouvrage "XY de l’identité masculine", faire cette stupéfiante déclaration à propos de la maternité : « Le lien érotique entre la mère et l'enfant ne se limite pas aux satisfactions orales. C’est elle qui, par ses soins, éveille toute la sensualité, l’initie au plaisir, et lui apprend à aimer son corps. La bonne mère est naturellement incestueuse et pédophile. »

    Dans les années 70, le journal Libération, dans la dynamique de la libération sexuelle et de tout cet élan de pratiques libertaires et transgressives, avait fait une promotion sans détour de la pédophilie. Le journal cherchait sans doute à normaliser cette déviance et à la faire passer pour une orientation sexuelle comme une autre... On avait ainsi retrouvé dans les colonnes du journal, d'abjectes illustrations, dont un incroyable dessin du groupe Bazooka reprise de la revue Regards modernes, montrant très crûment une fellation réalisée par une petite fille, sous le titre « apprenons l’amour à nos enfants » (publié le 5-6 /11/1978 dans la page d’annonces "Taules"). En janvier 1979, un pédophile nommé Jacques Dugué, arrêté pour abus sexuels et accusé de faire partie d'un réseau de proxénétisme pédophile, publiait pendant deux jours dans les colonnes de Libération, une tribune libre, où il faisait l’apologie de la « sodomisation » d'enfants, affirmant que « l’enfant qui aime un adulte (...) aime ressentir dans son corps le membre viril de celui qu’il aime, d’être uni à lui, par la chair », et demande « qu’on arrête de persécuter ceux qui aiment les enfants, même s’ils les aiment aussi avec leur corps. » Jacques Dugué sera plus tard arrêté, pour une affaire de viol et de pornographie enfantine. En 2002, il sera condamné à trente ans de réclusion pour abus sexuels. Toujours suivant cette vague libertaire et très permissive, certains influents intellectuels avaient eu l'audace d'écrire des tribunes pour exalter "l'aventure pédophile". Ils avaient aussi lancé une pétition, en janvier 1977, pour plaider la cause de trois pédophiles coupables d'attentats à la pudeur sur mineur de moins de 15 ans. Plus tard, il y eu également une lettre ouverte, relayée dans les colonnes du journal, pour plaider à un assouplissement des lois concernant les détournements de mineur dans le sens « d'une reconnaissance du droit de l'enfant et de l'adolescent à entretenir des relations avec les personnes de son choix » cosignée par les intellectuels en vue du moment faisant partis du gratin du gaucho-freudisme post-soixante huitard, dont Jean-Paul Sartre, Françoise Dolto, Michel Foucault, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Alain Robbe-Grillet, Jacques Derrida, Jack Lang, Gabriel Matzneff, Philippe Sollers, Catherine Valabrègue, Louis Aragon, etc… D'ailleurs, en parlant de la célèbre pédiatre et psychanalyste Françoise Dolto, cette figure faisant autorité en matière de questions d'éducation des enfants, voici ce qu'elle écrivit dans son livre "La cause des adolescentes" à propos de relations consenties entre adultes et enfants : « Ce qu'il faudrait, c'est que la loi ne s'occupe plus de l'âge. Ne s'occupe seulement que de l'inceste, des relations entre parents proches, frères, sœurs, parents, oncles, tantes, mais qu'il n'y ait absolument rien entre adultes et enfants comme interdiction. » Dans son autre livre "L'enfant, le juge et la psychanalyste", elle soutient également cette thèse hautement contestable du consentement de l'enfant, dans le cadre d'une relation sexuelle avec un adulte. En effet, elle estime que, si l'enfant est informé des problématiques de la sexualité et de la pédophilie, il devient alors de fait, responsable et peut dès lors être considéré comme pleinement consentant dans la relation. Elle rejette ainsi le principe de l'irresponsabilité morale et juridique du mineur alors qu'il paraît pourtant évident qu'un enfant n’a ni la force physique, ni la maturité psychique pour repousser l'adulte… En outre, la séduction d'un enfant n'a rien à voir avec la sexualité d'un adulte ! « Si les enfants savaient que la loi interdit les privautés sensuelles entre adultes et enfants, et bien, à partir du moment où un adulte le lui demande, s’il accepte, c’est qu’il est complice, il n’a pas à se plaindre. Mais il peut avoir, sans se plaindre, à dire : « mais ça m’a fait très mal. – Oui. Pourquoi t’es-tu laissé faire puisque tu savais que ce n’était pas permis… À partir du moment où l’enfant est au courant, très jeune de la loi, il est complice et on peut l’aider beaucoup mieux. » l'aider au mieux à quoi au juste, à avouer qu'il est coupable de la situation, car complice ?
    De plus, il est aussi très intéressant et édifiant de se pencher un peu sur le cas de son fils, le chanteur Carlos, cette sorte de beignet libidineux à fleurs ambulant, indigeste car trop sucré, suintant l’humour gras, la vulgarité crasse et tout dégoulinant de médiocrité, pour voir les résultats de la mise en application des "bons" préceptes de Dolto en matière d'éducation… Ce dernier, avait visiblement quelques dérèglements en matière de sexualité, puisqu'il le chantait même toute honte bue, aux enfants dans les émissions du "Club Dorothée" ! Il parlait ainsi, à tout bout de champ, de son sexe, de manière à peine voilée, avec des textes bourrées de sous-entendus et d'allusions graveleuses dans des chansons grivoises comme "Tirelipimpon", ou "Papayou" et leurs paroles de haute volée, que vous pouvez retrouver en annexe de ce livre. Dans "Big Bisous", il demande à la fin de la chanson de donner un « baiser moelleux » sur le sexe aux personnes autour. Dans "tout nu, tout bronzé", il nous parle des « safaris Fesses parties ». Dans une autre vidéo on peut voir Carlos et Jean Edern-Hallier se congratulant mutuellement et avouant ouvertement leurs pratiques des ballets roses et bleus. Une fois de plus, personne sur le plateau télé ne fut choquée…
    Beaucoup plus récemment, sur France 3, dans l'émission "Ce soir ou jamais" de Frédéric Taddeï, on a aussi pu voir l'avocat Thierry Levy se lancer dans un vibrant plaidoyer pro-pédophilie, ce dernier regrettant amèrement qu'il reste encore des gens pour s'offusquer de telles déviances : « Je parle de tolérance en général. La tolérance est quelque que chose qui en ce moment est en train de disparaître totalement. Et vous parlez des événements récents comme s'ils avaient libéré une situation bloquée jusque là. Mais il y a plus de vingt ans que le tourisme sexuel est réprimé, très sévèrement, très durement, impitoyablement. (…) Vous nous parlez de la beauté du monde, et de la beauté du sexe, mais concrètement, en actes, que faites-vous, que faites-vous sinon brandir sans cesse le bâton, le bâton de la morale. Mais oui, que faites-vous? (...) Sur les enfants, les enfants, la beauté du sexe sur les enfants …! Je pensais que le débat était très arriéré en Italie mais je m’aperçois qu'en France il est beaucoup … (...) Je vous en prie, le sexe avec les enfants, je vous en prie. Ce sujet-là est un sujet que l’on ne peut plus aborder aujourd’hui, plus personne n’ose parler de la sexualité des enfants. (...) On interdirait Pinocchio aujourd’hui … Il y a une espèce de chape de plomb qui tombe, comme ça, qui tombe de boucles blondes, n’est-ce pas, sur l’ensemble de la société, qui vient interdire tous les comportements un peu différents, un peu anormaux … Un peu différents … Mais bien sûr, et alors là chaque fois, on revient à la pédophilie. La pédophilie est un sujet qui est maintenant totalement interdit.C’est le politiquement correct. Vous ne pouvez plus dire un mot sur ce sujet, sans être diabolisé immédiatement. » un échange tout bonnement surréaliste...
    Tout récemment, on peut aussi évoquer l'intervention sur RMC, le 15 novembre 2018 de Gérard Fauré, l'ancien délinquant et dealer du tout Paris, qui parle ouvertement de pédophilie d'élites et de réseaux d'esclaves sexuelsau service de personnalités politiques, notamment à Marrakech au Maroc. Il confie que son père, qui était médecin, était régulièrement appelé pour réparer les séquelles des abus sexuels perpétrés sur les jeunes victimes. Il va jusqu'à incriminer des membres de la monarchie anglaise. Une monarchie qui est régulièrement cité dans des affaires de pédophilie… ce qui est tout à fait extraordinaire c'est que dans les médias, dénoncer ces réseaux, ces connivences évidentes, ces atrocités sans nom vous range d'office dans les médias comme un membre de la fachosphère.
    Autre fait notable récent, qui démontre qu'il existe toujours un lobby pro-pédophile très actif et puissant, qui cherche à faire passez cette déviance pour une orientation sexuelle à part entière, afin de la normaliser dans la société : le prestigieux centre de conférences TEDx, à organisé, le 07 mai 2018 à l'Université allemande de Würzberg, une conférence autour de la pédophilie. La conférence qui comprend de nombreux passages surréalistes, fut animée par une certaine Mirjam Heine, qui a affirmé, qu'il ne fallait surtout pas amalgamer les pédophiles à des violeurs, que la pédophilie ne rimait pas forcément avec abus sexuels et qu'il existerait des actes pédophiles pleinement consentis par les enfants.
    On ne s'étonnera pas outre mesure de trouver derrière TEDx, des financiers comme la fondation Rockefeller ou Bill Gates...


    Attached Files:

Share This Page

Customize Theme Colors

Close

Choose a color via Color picker or click the predefined style names!

Primary Color :

Secondary Color :
Predefined Skins